REFLEXION

MOSTAGANEM : Le jeu du « chat et la souris » entre commerçants et contrôleurs

Le commerce est l’activité dominante dans nos villes et villages. C’est le créneau préféré à la majorité des algériens. L’état a mis tout un arsenal juridique et réglementaire pour mettre de l’ordre dans l’activité et clarifier la relation entre commerçants et consommateurs d’une part, et entre commerçants et administrations publiques d’autre part.



MOSTAGANEM : Le jeu du « chat et la souris » entre commerçants et contrôleurs
A Mostaganem, comme ailleurs, on assiste impuissant à un nouveau phénomène qui se fait ressentir de plus en plus par les citoyens. A chaque descente des agents de la DCP au niveau d’un quartier ou d’un village, les commerçants baissèrent systématiquement leurs rideaux. C’est ce que nous avons constaté à maintes reprises en différents lieux. A la première apparition des contrôleurs, l’alerte est subitement donnée, téléphones portables aidant. La nouvelle se propage vite à tel point qu’après quelques minutes seulement tous les commerçants seraient aux abonnés absents. Il nous semble que le circuit est bien organisé pour faire face aux opérations inopinées de contrôle mené par les agents de la DCP. Il existe, même des comités de veille. Ces pratiques interviennent fréquemment, aux mêmes horaires, les plus cruciaux. « C’est au moment de faire ses emplettes qu’on est généralement surpris de voir les commerçants déserter leurs magasins », regrette une ménagère. La question qui se pose : pourquoi les commerçants redoutent –t- ils tellement les contrôleurs ? Interrogés par nos soins, des commerçants ont été unanimes sur la manière répressive des contrôles. Pour la majorité d’eux, contrôle et vérification signifient amendes et PV d’infractions. Les commerçants se déclarent souvent frustrés par la méthode de contrôle exercée par les éléments de la DCP. « Il nous arrive parfois d’être pénalisés gratuitement sans aucune justification », déplorent-ils. Z. N. (commerçant à Sidi Lakhdar) déclare : « les contrôleurs me demandent les factures d’achat des marchandises. Or, comment je pourrais avoir des factures quand les grossistes me les refusaient. C’est au niveau des gros bonnets du commerce, grossistes et importateurs, qu’il faut agir pour établir la pratique de la facturation ». B. A. (commerçant et fournisseur à Achaacha) ajoute : « je suis fournisseur de plusieurs établissements scolaires. Je compte cesser cette activité. La cause : les impôts m’exigent les factures de vente et d’achat des marchandises livrées. Côté vente, pas de problèmes, mais pour l’achat les grossistes refusent souvent de me les délivrer. C’est impossible de continuer comme ça». C. M. (commerçant à Ben Abdelmalek Ramdane), manifestement exaspéré par les agissements des contrôleurs, déclare : « la majorité des commerçants ignorent la réglementation. J’estime que l’information et la sensibilisation passent avant la répression ». « Pour se conformer à la réglementation en vigueur, il serait judicieux d’instaurer un débat responsable avec ces commerçants constamment sur le qui-vive. ». conclura-t-il. De l’autre côté, on estime que les contrôleurs, commis de l’état, ne font que leur travail. Pour réglementer le secteur et préserver les intérêts des consommateurs, la réglementation doit être appliquée avec toute sa rigueur et sur tout le monde. Le manque d’effectifs et de moyens pénalisent amplement le contrôle et la maitrise du marché. Certains commerçants indélicats et véreux ne respectent guère la réglementation et imposent leur diktat aux consommateurs. Affaiblis par la détérioration du pouvoir d’achat, le consommateur reste dans l’expectative devant le jeu sans fin entre commerçants et contrôleurs, en l’absence d’associations qui défendent ses intérêts.

Abdelwahab Adda
Jeudi 27 Mai 2010 - 09:39
Lu 1065 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+