REFLEXION

MOSTAGANEM : Le festival national du théâtre amateur

La ville de Mostaganem sera du 17 au 26 juillet 2010 la perle de la Méditerranée et la capitale mondiale du théâtre amateur. Un défi à relever et les responsables en sont conscients. Un événement unique dans les annales de la ville du Chaâbi et du théâtre, une ville qui a su donner par sa diversité culturelle, une dimension incommensurable à l’événement.



MOSTAGANEM : Le festival national du théâtre amateur
Les responables en sont là pour en témoigner à l’image de notre ami Djamel Bensaber, commissaire du Festival. Mostaganem quoiqu’elle le mérite amplement, aura le privilège et l’honneur d’accueillir des troupes de renom venant d’Asie, d’Afrique, d’Amérique, d’Europe et de pays arabes, en sus de meilleures troupes algériennes retenues au cours des différentes présélections. Ainsi pour nos chers lecteurs, nous avons décidé de publier l’historique du festival amateur et dans quelles circonstances, il a été mis en œuvre.
Historique du festival amateur
C’est en 1967, que feu Benabdelhalim Mostafa, animateur et metteur en scène du groupe scout « El Falah », eut l’idée de l’organisation d’un festival de théâtre amateur à Mostaganem, après avoir assisté au prestigieux festival d’Avignon. Avec l’aide et le concours de membres scouts et de comédiens amateurs, il réalise son vœu. Depuis ce temps là notre festival a été organisé :
1-par les scouts musulmans algériens de 1967 à 1975
2-par l’union nationale de la jeunesse algérienne de 1975 à 1988
3-par l’association culturelle de 1988 à 2003
4-par un commissaire et une commission de préparation, car notre festival a été institutionnalisé par le ministère de la culture en 2004
Le festival sera organisé sans discontinuité depuis 1967, malgré les embuches et les difficultés qui se dresseront sur son chemin, surtout les tragiques évènements de la décennie noire marquée par la disparition tragique de nombreux intellectuels et artistes. Le festival a accueilli, au cours de ses précédentes éditions, des troupes venant d’horizons divers : Amérique, Europe, Maghreb Arabe, c’est ainsi que :
• En 2001 : une troupe roumaine, arrivée par le « le bateau de la paix », accompagnée d’une centaine d’artistes européens, se produits en spectacle d’ouverture du festival, avec une pièce intitulée « Ulysse »
• En 2002 : « édition euro méditerranéenne », 5 troupes étrangères venant de France, d’Espagne, d’Italie, de Syrie et de Tunisie, participent au festival. De prestigieux noms du monde du théâtre y assisteront, donneront des conférences, animeront des débats. La pérennité de notre festival se voulait le symbole de notre jeunesse face à tous les défis, de notre pays debout, de l’Algérie éternelle. Les sacrifices de tous les inconditionnels, de tous ceux et de toutes celles qui ont soutenu le festival, n’auront pas été vains. L’institutionnalisation du festival par le ministère de la culture, en 2004, est une reconnaissance du travail accompli depuis 1967, elle est le signe de la renaissance et d’un nouveau vers d’autres succès et d’autres acquis, un forum de rencontres, d’échanges et un lieu de confrontation des expériences des uns et des autres. Le festival a porté haut et portera encore les aspirations du mouvement du théâtre amateur contribuant à la promotion des troupes et à la valorisation de toutes leurs composantes (auteurs, comédiens, metteurs en scène et autres cadres), et est devenu le creuset de tous les artistes voulant entrer dans la sphère du théâtre. La thématique du mouvement du théâtre amateur s’est identifiée à l’évolution politique de notre pays, elle a aussi pris en charge les problèmes de la jeunesse, les problèmes sociaux qui se posent à notre société. Nous comptons actuellement plus de 150 amateurs activant toute l’année sur tout le territoire. Je vous informe que notre festival est le plus ancien des festivals du théâtre amateur au Maghreb Arabe, en Afrique, et dans le monde arabe, et qu’il a été durant plusieurs années soutenu
• par le TNA et tous les théâtres régionaux.
• Par les maisons de la culture, ainsi que les directions de la culture à l’échelle nationale,
• Par certains quotidiens de la presse nationale
• Par l’ONDA
Et surtout médiatisé par la télévision algérienne. Toute l’aide et le concours qui lui seraient apportés ne feraient que promouvoir l’art, la culture, ainsi que l’épanouissement de notre jeunesse.

Ahmed Mehdi
Dimanche 28 Mars 2010 - 11:31
Lu 1133 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+