REFLEXION

MOSTAGANEM : Le dictat des chauffeurs de taxi des cité Zeghloul et Chemouma…



MOSTAGANEM : Le dictat des chauffeurs de taxi des cité Zeghloul et Chemouma…
Les habitants de l’ITA et de l’ancienne Chemouma vivent un véritable calvaire, durant la période de l’été, les taxieurs qui desservent ces deux cités, partent de la même station, qui est implantée au rond point de Beymouth, en présence du chef de station. Ces derniers « chargent les clients en simultané, c'est-à-dire l’un après l’autre, si le premier prend des clients en direction de la cité Zeghloul, le deuxième charge des clients en partance vers l’ITA et l’ancienne Chemouma, pendant l'année scolaire, il y a plus ou moins un certain équilibre parce qu’il y a les universitaires « El Djamiiyates» , la cité où elles résident est implantée sur le trajet qui mène vers l'ITA et Chemouma (ancienne), beaucoup ont de gros rétroviseurs pour bien "contempler" les belles "créatures" qu’ils embarquent avec plaisir mais dés que c’est les vacances de l’hiver, du printemps ou celles de l’été, les taxieurs évitent cette destination qui n’attire plus que les vieux, les désintéressés et quelques jeunes taxieurs, fils de bonnes familles…, il arrive de trouver 6 a 7 taxis dans la station qui «chargent » tous la même direction, c’est à dire «Zeghloul » et l’INES, vivement la rentrée universitaire et le retour des « Djamiiyates » pour mettre fin au calvaire des habitants de l'ITA et Chemouma… Il faudrait aussi signaler qu’une fois la nuit tombée, les citoyens sont soulagés par les clandestins, qui rendent un grand service et il faudrait vraiment se pencher sur ce cas car beaucoup n’ont pas le moyen de se payer la fameuse licence de taxi qui est louée au prix fort et surtout une a deux année à l’avance, Aami Ahmed un ancien «clando » qui fait ce travail depuis 20 ans, m’a fait la déclaration suivante : « moi je passe la nuit a bosser et je risque ma vie avec certains voyous, une fois j’ai failli me faire tuer par une bande qui voulait me prendre ma voiture, heureusement que j’ai eu le réflexe de jeter les clefs de la voiture, vu qu’ils ne pouvaient avoir ce qu’ils voulaient, ils ont filé alors que l’un d’eux avait déjà commencé a m’étrangler par derrière, ce jour la j’ai vu la mort de près…en fin de compte qu’est ce que je gagne, entre 200 et 400 da par jour, pourquoi donner un sachet d’argent «chkara drahem » a quelqu’un qui se la coule douce chez lui alors que moi je risque ma vie… » Beaucoup de taxieurs ont été assassinés et délestés de leurs voitures, jusqu'à maintenant aucune décision n’a été prise pour sécuriser les taxieurs, combien faudrait-il de victimes pour faire bouger les choses ? Un taxieur nous a même suggéré d’imiter les taxis Américains, qui offrent une grande sécurité aux taxieurs, surtout le soir, le grillage de protection érigé entre l’avant et l’arrière du véhicule dissuade les criminels…

Mihoub
Mardi 7 Septembre 2010 - 11:49
Lu 1854 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+