REFLEXION

MOSTAGANEM : La ville est en train de perdre ses éspaces vitraux

Le regard que l'on peut porter aujourd'hui sur Mostaganem, traduit un parti pris et une posture des plus repoussantes, concernant l'objet urbain, car la perception du citoyen et tout autre, celui-ci voit cela comme une sorte de recul et de régression.



MOSTAGANEM : La ville est en train de perdre ses éspaces vitraux
Le laisser aller et bien palpable, cependant l’essentiel n’est pas là, mais dans l’ensemble des expériences esthétiques du suburbain, qui s’articulent autour de la ville. Étonnant paradoxe d'un lieu qui vérifie l'idée et que la monotonie rend libre, et qui peut ne se panser que par rapport à la ville, dans son prolongement indispensable, ou son réceptacle contraignant, suivant les moments et les actes. L'esthétique urbain, de la ville de Mostaganem, traque en effet à partir d'une multitude d'observations fragmentaires prises dans des contextes urbains assez différents, à savoir, les anfractuosités dans lesquelles se love l'expérience esthétique du quotidien urbain, parfois dans l'antagonisme, parfois dans le grandiloquent, parfois dans le résiduel. Tout en empruntant le même procédé, une déambulation au sens large, de la réflexion y est nettement plus conceptuelle, ne serait-ce que parce qu’elle correspond à l’approfondissement des conclusions que l'on se fait. Mais avec des institutions figées, il semblerait, qu'on ait oublié le sens des expériences esthétiques de la ville, que ce soit dans la frénésie des pratiques mémorielles, au cours des réalisations événementielles, ou à travers les interventions démiurgiques d’artistes et d’architectes tellement rebelles à l'idée énigmatique et insaisissable, qu'ils se sont fait, pour être certain qu'ils ne seront jamais sollicités. Il s’agit, bref, de dénoncer plus largement un jugement de l’expérience esthétique, qui en précéderait l’existence, pour certains et que cela signifierait en ce sens la fin de l’urbanité, écrasée par le démantèlement de tous ce qui est ancien. Pour rappel, il faut savoir que les zones urbaines sensibles formalisent la notion de « quartier en difficulté » : elles sont caractérisées par la présence de grands ensembles ou de quartiers d'habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l'habitat et l'emploi. L'urbanisation est un mouvement historique de transformation des formes de la société, que l'on peut définir comme l'augmentation de ceux qui habitent en ville par rapport à l'ensemble de la population. L'urbanisation présente un caractère exponentiel nettement avéré depuis 1962 et semble être vécu, comme une fatalité par la plupart des citoyens, surtout pour ceux qui résident dans la ville de Mostaganem. Les chiffres de population les plus récents montrent en effet, tous sans exception, une très importante croissance démographique urbaine, pour la ville de Mostaganem. Pour autant, l'augmentation de la population dans les villes n'est pas terminée, celle-ci reste largement positive L'exode rural et le développement d'une société tournée vers l'industrie et les services ont fait des centres urbains la source principale d'emploi salarié. L'attrait culturel et politique des villes, n'a cessé d'encourager l'arrivée de nouveaux habitants, malgré des hausses chroniques de loyers et de prix du foncier. Cependant les règles ne sont plus les mêmes, à savoir le non respect des normes, pour les espaces vitaux, dont à besoin une cité et c'est dans ce contexte que Mostaganem a été transformée voire dénaturée par les techniques d'urbanisme, d’où l'occupation anarchique de l'espace dans la ville, les élus et techniciens étant par ailleurs confrontés à de nombreuses pressions contradictoires, n'ont jamais pris en compte, tous les facteurs à risque qui en découleront. La ville est un important consommateur d'espace, souvent des terres riches en zones alluviales et sur les littoraux, sont squattées au bénéfice d'affairistes. Ainsi la croissance urbaine, l'étalement urbain et la périurbanisation posent de nombreux problèmes et mettent en danger l'équilibre naturel et social, voir écologique, dans un contexte de pollution automobiles, de bulle de chaleur et de pollution lumineuse qui sont des facteurs de stress pour l'homme et la végétation tels que les arbres. Pour ce qui est de ce volet important qui est l'espace vert en milieux urbain, celui-ci doit répondre, à plusieurs critères informellement définis, il doit être assez grand, être ouvert au public et facilement accessible, Il doit être bien entretenu et ne doit pas présenter de dangers pour les usagers, enfants en particulier, contrairement au notre ou les voitures circulent, à longueur de journée. L'installation d'un espace vert est plus que primordial de nos jours et ce pour des raisons écologiques et d'agrément, et peut être décidé par les pouvoirs publics, à ces fins là, ce qui n'est pas le cas pour la population de cette ville La vocation sociale et écologique des espaces verts tend à disparaître et l'on ne recherche plus la naturalité, alors qu'un jardin public est un terrain enclos, paysagé et planté destiné à la promenade ou aux loisirs du public et procure au visiteur l’agrément d’un lieu en retrait de la norme urbaine. Le jardin public, dans la ville est un lieu incontournable de socialisation. Objet relativement impossible, tant pour le citadin que pour le gestionnaire de l'urbain pour que celui-ci puisse envisager un tel retour aux valeurs urbaines d'entant, car Mostaganem excelle d'exemples négatifs, qu'on peut voir et constater. Le dilemme pour le citoyen est le même d'une ville à l'autre, vue la clochardisation de celles-ci, il n'y a pas de quoi être fier et jusqu'à présent, personne n'ose prendre l'initiative, pour ne serait ce que tirer du tissu urbain actuel ses potentialités existantes et les mettre en œuvre, pour une cohérence interne et humaine de cette ville. Il suffit juste une bonne dose de volonté de la part des pouvoirs publics, pour recréer cet ensemble qui est celui du lien social par le biais de l'esthétique urbain.

Benyahia Aek
Mardi 6 Avril 2010 - 10:30
Lu 1260 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+