REFLEXION

MOSTAGANEM : La gente féminine opte pour Bouteflika et la paix

La permanence de la coordination de wilaya pour le soutien du programme du président de la République, a été prise d’assaut par plus d’une centaine de dames, représentant le collectif des présidentes d’associations féminines, toutes tendances confondues et venues spécialement des 32 communes de la wilaya de Mostaganem. Leur objectif, déclarera Mme Rahmani Kheira, l’une des organisatrice de ce meeting, ‘’c’est de dire tout haut et loin de toute contrainte masculine, notre attachement indéfectible au candidat Abdelaziz Bouteflika’’



Le  18 avril prochain, date de sa réélection ‘’inchallah’’, ajoutera-t-elle, ‘’nous sortirons dans la rue pour dire aux oiseaux de mauvaises augures que l’Algérie restera debout  et ne leur appartiendra jamais’’. Mme Khiari Zohra et Mekoura Meriem, quand a elles, exhorteront les femmes à voter le jour du scrutin  ‘’en force pour dire oui à celui  qui a permis aux algériens de relever la tête après les graves événements qui ont meurtris toute une nation et endeuillés tout un peuple’’. Mr Merouani Abdelghani, la porte-parole du bureau de wilaya de l’Organisation Nationale du Patronat et de l’Entreprise, invité d’honneur de cette manifestation, insistera ‘’sur le travail de sape qui doit prévaloir en cette fin de campagne électorale. Cette mission doit être dévolue aux militantes de la société civile et du mouvement associatif, auprès de leur environnement immédiat. Le travail de proximité joue très favorablement sur les résultats définitifs et l’issue de ce scrutin’’. ‘’Votez pour Bouteflika, c’est barrer le chemin aux assassins d’hier’’, clôturera Mr Belhamideche Belkacem le coordinateur de wilaya de l’association nationale du soutien du programme du président de la République, ‘’Souvenez-vous des onze  femmes enseignantes, égorgées à Sidi Bel Abbes, dont leur seule tort était de prodiguer le savoir. Souvenez-vous de ce 1er novembre 1994, date qui restera gravée dans la mémoire de toute une nation. Qui oubliera les corps frêles des jeunes scouts déchiquetés et ironie du sort à l’intérieur d’un cimetière dédié aux martyrs de  la révolution. La wilaya de Mostaganem compte à elle seule  le chiffre effarant de 14000 veuves qui ont perdus maris, frères, fils et filles. Puis est venu l’homme providence, qui instaura la concorde civile et reçu de toute une population meurtrie, un chèque à blanc pour replâtrer les graves fractures et les profondes blessures occasionnées par une décennie de divisions, d’affrontements entre les fils d’un même pays et d’une même religion. A présent que nous vivons dans l’opulence, certains veulent précipiter le pays dans le sillage du présumé printemps arabe qui a mené la nation arabe vers un horizon incertain et plongé son économie dans un désastre incertain. Le peuple algérien aspire à  un avenir prometteur pour ses enfants, il a besoin de respirer l’air de la liberté et de la prospérité’’. Très tard dans l’après-midi, la voix envoûtante de la poétesse Mekhatria Bendida, emplira l’atmosphère de vers dédiés au président-candidat, sous les ovations et youyous si chères aux traditions Mostaganémoises.

B.CHERIFI
Samedi 12 Avril 2014 - 11:39
Lu 318 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+