REFLEXION

MOSTAGANEM : L’anarchie des câbles électriques envahit les milieux ruraux

Le recours au branchement illicite en énergie électrique est devenu une pratique ordinaire au sein des milieux ruraux où certains logements érigés en pleine nature n'ont point hésité à utiliser ce moyen unique pour s'éclairer et en finir avec les bougies. Malheureusement, ces câbles qui vont dans tous les sens et dont certains traînent par terre, ne respectent aucune norme sécuritaire et exposent sans façon à la mort certaine par électrocution, tous les usagers inconscients du risque qu'ils encourent.



La lutte contre l'habitat précaire a vu la naissance de centaines de logements ruraux implantés au sein des douars de la wilaya, certaines de ces maisons rurales ont été érigées en pleine nature sans la moindre piste d'accès et surtout le manque flagrant de presque toutes commodités courantes de la vie pratique, dont l'alimentation en eau potable et en électricité. En son absence, les citoyens de ces groupements ruraux s'éclairent encore à la bougie, et demeurent privés des bienfaits multiples de l’électricité, d'autres ne pouvant plus attendre sa venue qui tarde à voir le jour, ils sont allés le chercher à des dizaines de kilomètres en cotisant pour l'achat de câbles nécessaires pour alimenter leurs logements. Ce recours aux branchements électriques "illégaux" semble se généraliser pour les logements ruraux qui ne disposent pas d'électricité, il expose en outre la vie des citoyens aux dangers de l'électrocution qu'ils encourent de jour en jour. Certaines agglomérations rurales ressemblent à des toiles d'araignées, de par le foisonnement des câbles allant dans tous les sens, ne respectant aucune norme de sécurité, quelques "lignes de fortunes" traînent par terre par manque de troncs d'arbres faisant usage de poteaux. Interrogé sur cette anarchie des branchements électriques, un citoyen répondant aux initiales de M.H, la cinquantaine habitant l'un des logements ruraux ,injecté au sein d'une colline de la localité d'El H'chem relevant de la commune de Sayada, affirme que l'attente du branchement électrique est plus que longue et c'est l'unique raison principale qui a poussé les gens bénéficiant de logements ruraux à recourir à cette forme "clandestine" pour s'éclairer, il confirme qu'il dispose de son logement rural depuis plus de 05 années et après tant d'attente, il s'est vu contraint de solliciter de son voisin distant de 02 kilomètres de l'alimenter en énergie électrique. A la direction de la Sonelgaz, toutes les demandes de branchements électriques seront satisfaites après étude, un devis sera établi pour chaque cas et un programme est déjà établi et sera lancé tout prochainement. Quant aux logements ruraux, certaines de ces maisons situées au sein des reliefs accidentés demeurent inaccessibles aux équipes itinérantes conventionnées par la Sonelgaz, mais vont bientôt être alimentés en énergie électrique en recourant à d'autres voies d'alimentation, nul ne sera oublié selon les déclarations d'un cadre de la Sonelgaz qui a répondu à nos questions sur ces branchements anarchiques qu'il juge également illégaux et trop dangereux car ils menacent de mort tout usager "inconscient" du trépas qui le guette d'une minute à l'autre.

L.Ammar
Samedi 17 Septembre 2016 - 18:01
Lu 189 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+