REFLEXION

MOSTAGANEM, L’EAU, LA BARAKA ET LE GASPILLAGE ! : Vivement les compteurs !

Si le directeur des Ressources en Eau reste le plus connu de l’Exécutif de Mostaganem dans nos villes, villages et 750 douars que compte la wilaya du fait du titanesque travail mené en la matière non sans qu’il y ajoute de sa sagesse et de son brin de sympathie pour gérer tant de contentieux pour nous acheminer l’AEP ; l’énergique monsieur ne manque pas toutefois de le dire sans ambages : « le prochain défi c’est la pose des compteurs ». De quoi rationaliser l’usage de cette denrée sujette à trop de gaspillage pourtant à l’issue de tant d’années de crise !



MOSTAGANEM, L’EAU, LA BARAKA ET LE GASPILLAGE ! : Vivement les compteurs !
Animant une séance de travail avec la presse locale au sujet de son département, ce jeudi, au Forum de la Wilaya, Mr Ait Mansour Abdenour s’est dit : « notre objectif est de s’approcher d’une alimentation en eau potable de l’ordre de 100%. Ce qui veut dire qu’il nous reste juste quelques localités. Le chef-lieu de wilaya est alimenté à 100%. Les chefs-lieux de daïras idem. Les chefs lieu de communes, à part 4 points noirs qui sont pris en charge, à savoir Saf-Saf, Souaflia, Fornaka et El-Hassiane, puisqu’étant en cours de réalisation. Donc, d’ici l’été inchallah, les chefs-lieux de communes sont alimentés en h24 à travers toute la wilaya. Pour ce qui est des douars, nous sommes à plus de 80%. Et quand je dis douars, il faut entendre que nous sommes en train de raccorder les tout petits bourgs de 300 et de 200 habitants ». Ce qui traduit les grands efforts entrepris ces dernières années dans la wilaya en matière de ressources en eau. Or, pour le revers de la médaille, Le DRE ne le cache pas : « le citoyen a tendance à ne pas procéder à la pose du compteur. Sauf que, avant d’arriver au château d’eau, l’ADE pose le compteur. Et donc lorsque le citoyen ne paye pas, l’ADE facture à l’APC. Et comme la majorité des communes n’arrivent pas à équilibrer leurs budgets, elles font leurs bilans à la wilaya. Et à celle-ci qui touche la DAL pour mentionner le déficit pour le rembourser. Voilà pourquoi au lieu de verser l’argent de la DAL pour payer à la place de x et de y, il serait judicieux d’utiliser cet argent pour la réalisation d’un projet d’ouverture de route, d’un centre de santé ou d’une école. Parce qu’une consommation est redevable de rémunération, d’où la nécessité absolue de poser les compteurs. D’où justement les dernières instructions de Mr le Wali lors de la sortie d’Ain-Tèdles et Fornaka, de ne plus mettre en exploitation jusqu’à la pose des compteurs. D’ailleurs, ce n’est pas des fleurs que je jette au Wali mais je tiens à le remercier vivement. Vous savez pourquoi ? Parce qu’il a décidé que tout le PCD et le budget de wilaya doit être orienté vers l’AEP. Alors que d’autres walis auraient préféré entretenir la vitrine. Mr Ait Mansour Abdenour est aussi longuement revenu sur l’interconnexion (pour la sécurisation) entre barrages et station de dessalement d’eau de mer qui rentre en service aujourd’hui, sur les agriculteurs et les levées de contraintes et de procédures pour le forage et les puits, ainsi que sur l’oued Ain-Sefra qui est assujetti à une étude qui permettra dans l’avenir aux Mostaganémois de monter en promenade le long de ses abords. 

Ilies Benabdeslam
Dimanche 13 Janvier 2013 - 00:00
Lu 768 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+