REFLEXION

MOSTAGANEM : Environnement et cadre de vie où est donc le civisme ?



Des scènes et comportements déplorables, à caractère incivique s’interprètent quotidiennement dans les quartiers en plein centre de la ville. En ces soirées Ramadanesques, vous pouvez à tout instant en vous promenant, recevoir un sac poubelle plein sur la tête, tel est donc la situation en plein cœur de Mostaganem. Où sont donc passés les usages et les coutumes du nettoyage, cette volonté qui a de tout temps animé le citoyen à assainir son environnement, à créer des espaces verts, en plus clair œuvrer dans le sens de l’amélioration de son cadre de vie et de celui de ses voisins, ce qui est plutôt visible de nos jours, c’est que celui-ci a délaissé et ne se préoccupe plus de son environnement immédiat. La superficie qui entoure son habitation peut pourrir sous les détritus, les eaux usées et autres insalubrités, rien ne l’interpelle, comment et qui pour agir et renverser ses mauvaises habitudes et faire en sorte, que l’entourage soit plus viable pour soi-même et pour les autres, où sont les associations, qui ont leur part d’action pour civisme et pour une hygiène et un décor que tout le monde est en droit de réclamer qu’importe, semblent dire les quelques militants de l’environnement, qui œuvrent souvent dans l’adversité et qui sont confrontés eux aussi et quotidiennement à des difficultés. Faut-il encore éduquer le voisinage, qui est une tâche ardue lorsque l’on sait à quel point les mentalités s’obstinent dans l’erreur. La motivation de certains citoyens mérite d’être relevée, des actions hautement méritoires qui vont dans le sens de l’aménagement du cadre de vie et de la préservation de l’environnement. D’autant plus que les élus demeurent absents sur le terrain et qu’en matière d’urbanisme des cités entières sont livrées à elles- mêmes. Sans clôture, sans espaces verts et autres commodités d’où la nécessité d’un mouvement associatif plus vrai et non pour servir d’écran. Des lacunes courantes sont visibles auxquelles les habitants son contraints de contribuer pour y remédier, que ce soit dans les villes ou dans les villages, “il est grand temps de retrousser ses manches”, dira un sexagénaire, en apportant sa contribution pour sauvegarder notre environnement.

T.B.Aek
Vendredi 3 Septembre 2010 - 13:30
Lu 398 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+