REFLEXION

MOSTAGANEM : El Arsa, une cité à la marge



Les résidents de cités périphériques urbaines datant de l’époque coloniale et post-indépendante soulèvent la vétusté de certains blocs qui nécessitent des opérations de réhabilitation. Certains balcons et autres façades se sont dégradés au fil du temps, et plus particulièrement le manque d’entretien, mais également par l’incivisme de certains locataires. A ce sujet, la cité d’El Arsa, construite dans les années 50, reste la plus ciblée et offre une image des plus hideuses de la perle de la méditerranée, et fini par perdre son joli nom  qu’elle portait autrefois, celui de la cité des citronniers. Les ordures jonchent le bas des immeubles, les eaux usées ruissèlent de partout, les rats et les moustiques squattent le lieu en permanence. En ce sens, des locataires sont indignés de voir cette cité qu’ils habitent depuis des années de père en fils, se transformer en une « décharge «   à ciel ouvert affreusement sale et si répugnante, avec ses façades noires de saletés qui  attendent depuis longtemps  d’être ravalées, et ses aires de jeux où s’amoncellent  des dépôts d’ordures à longueur d’année.                    

L.Ammar
Dimanche 23 Avril 2017 - 20:07
Lu 252 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-09-2017.pdf
3.55 Mo - 19/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+