REFLEXION

MOSTAGANEM : De jeunes investisseurs, victimes d'escroqueries

Ils sont des dizaines qui ont cru fermement en finir avec les affres du chômage et parvenir à se lancer dans le monde de l'entrepreneuriat. Certains ont réussi à s'envoler facilement mais d'autres se sont retrouvés confrontés à d'insurmontables problèmes financiers. ‘’Roulés dans la farine’’, ces derniers ont presque tout perdu; le crédit bancaire accordé et le matériel tant attendu !



La patience de certains jeunes investisseurs "roulés dans la farine" par des fournisseurs qui leurs ont promis monts et merveilles, semble atteindre son seuil du tolérable et ses limites. En effet, des dizaines voire des centaines de jeunes ont sollicité des crédits bancaires dans le cadre du soutien de l'emploi des jeunes (ANSEJ) et d'autres plus âgés, dans le cadre de l'assurance-chômage (CNAC) qu'ils ont versé à des fournisseurs pour l'acquisition d'un matériel indispensable à la concrétisation de leurs projets. Malheureusement après plusieurs années d’attente, ces derniers n'ont rien reçu et tous leurs projets sont tombés à l'eau et se retrouvent pris entre le marteau et l'enclume, une banque qui réclame le remboursement du crédit accordé et un partenaire qui attend la réalisation du projet!  Aujourd’hui, beaucoup de ces jeunes ne savent plus à qui s'adresser et courent d'une administration à l'autre à la quête d'une solution de cet inextricable problème. En ce sens, un de ces malheureux dupés, M.S.L s'est rapproché du journal en exposant son cas qui ressemble trop à une escroquerie en bonne et due forme. Ce jeune a pris contact avec la caisse nationale de l'allocation chômage en 2011 et a constitué un dossier pour l'acquisition d'un matériel complet pour le lancement d'une boulangerie. Avalisé par la commission de l'organisme cité, son projet est financé  par la banque nationale d'Algérie qui lui accorde un crédit de 159 millions de centimes pour l'achat du matériel cité. La CNAC le met en contact avec un fournisseur conventionné avec elle, la Sarl SO.MA.BO (société de matériel de boulangerie) basée à Boumerdès avec une succursale à Oran qui encaisse le chèque en question et lui remet juste une attestation de disponibilité du matériel demandé. Depuis, le futur boulanger attend  jour après jour son matériel qui tarde à se faire réceptionner et s'est adressé entre temps à la directrice de la CNAC qui l'a conseillé de porter plainte contre ce fournisseur dont son organisme a résilié la convention qui le lie à ce dernier. Armé de patience, le jeune investisseur s'est rendu sur les lieux, mais, il s'est aperçu en fin de compte, que la société ne dispose que d'un bureau où des agents n'ont pu répondre à ces multiples questions et paraissent ne point connaitre le directeur de cet établissement, qui pour le moment, lui a raflé ses millions sans lui fournir la boulangerie de ses rêves qu'il attend voilà déjà 4 longues années !

L.Ammar
Mercredi 24 Décembre 2014 - 08:14
Lu 587 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+