REFLEXION

MOSTAGANEM : A quand la réhabilitation des chaussées, à l’intérieur de la ville

Est-ce de la négligence, de la mauvaise gestion, ou seulement de l’incompétence, c’est ce qu’ on est enclin à se poser comme question, à voir l’évolution de tout ce qui est entrepris, en matière de développement, de projet et d’infrastructure, à voir le bâclage des travaux effectué, entraînant un énorme gâchis après toute réception.



MOSTAGANEM : A quand la réhabilitation des chaussées, à l’intérieur de la ville
En déambulant dans les rues, avenues et ruelles de nos villes, l’on est effaré par l’état de dégradation, du tissu urbain, des routes et des cités et il est essentiel de le rappeler. Mostaganem, à l’instar des autres villes n’échappe pas au phénomène de la décadence et ce à tous les niveaux, mettant en relief de telles inepties et pratiques non moins frappantes, à ce stade de la dégradation de l’infrastructure routière, d’où la banalisation de cet état de fait, alors que les pouvoirs publics s’en lavent les mains. Il n’y a pas que les automobilistes qui se plaignent de l’état des routes, même le citoyen est dans l’expectative, devant la dégradation flagrante des chaussées, à savoir : Trous, nids de poule, avaloires bouchés, canalisations éventrées, fuites d’eau etc... Ajouté à cela ralentisseurs, mal conçus, idem pour les feux de signalisation, pratiquement inexistants aux endroits sensibles, alors que la ville de Mostaganem a été parmi les pionnières, après Alger, Oran, Constantine et Annaba en Algérie. Il est primordial de rappeler, que des milliards de dinar, ont été alloués, pour le réaménagement des routes à l’intérieur de la ville, pour voir en fin de compte que tous les travaux qui ont été entrepris ont subit les affres de quelques entreprises qui ont pratiquement défoncés toutes les chaussées les rendant inutilisables pour les automobilistes et les piétons. Alors qu’en principe, après le bitumage ou la pose d’un tapis de goudron qui a coûté des millions voire des milliards de dinars, à l’état, aucune opération de travaux ne devrait avoir lieu. Résultat l’infrastructure routière dans la ville de Mostaganem, tient de la catastrophe et de l’incompétence caractérisée et du non respect du cahier des charges. Appelons cela comme de la négligence ou autrement le fait-il que le manque de coordination flagrant entre interservices et les différents intervenants, à fait que quelques jours après des travaux sont entamés sur ces routes nouvellement refaites, les laissant dans leur état initial. Pour limiter les dégâts, on tente actuellement de colmater les tronçons délabrés à une vitesse éclaire, cette façon de faire, clarifie une situation autour de laquelle les autorités de la ville tentent, depuis quelques années, d’entretenir une confusion qui semble être préméditée. A quelle fin ? On ne saurait le dire. On peut affirmer sans risque de se tromper que les travaux dans la wilaya de Mostaganem, sont très mal exécutés, de par les imperfections qui apparaissent après chaque fin des travaux. A voir l’état de la chaussée et des routes à l’intérieur de la ville, celles-ci ne ressemblent plus aux voies urbaines, mais a des pistes en rase campagne. Dés que les pluies arrivent, elles dévoilent les insuffisances et les failles des travaux réalisés. Cette situation est le résultat, des travaux de rénovation et de réhabilitation des réseaux de conduites d’eau potable et des eaux usées, qui ont été effectués ces dernières années. Les études peu fiables et bâclées, sont la cause de la situation actuelle de l’état des chaussées de la ville, qui font ressortir les goulots d’étranglement, du processus de réalisation. C’est tout à fait scandaleux et douloureux, voire inacceptable, de voir, que la qualité d’exécution alors que nous sommes au 21ème siècle, pour se demander une fois de plus, à quand la coordination entre les entreprises concernées tout secteur confondu, et prendre exemple sur les pays développés, afin de traduire sur le terrain les efforts et respecter les normes, pour les appliquer, dans tous les travaux, à l’avenir et nous élever pour une fois au niveau, des entreprises étrangère.

Aek Benyahia
Mercredi 10 Février 2010 - 23:01
Lu 790 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+