REFLEXION

MOHAMED MEFLAH REPOND AU DOCTEUR MAHFOUD BENTRIKI : Le théâtre de Mostaganem fait encore polémique !

Alors que nous vivons le mois de juin, le mois, où Mostaganem a annoncé en 1965 la naissance du festival amateur d'art dramatique, fondé par les ténors du 4ème art comme Benabdelhalim Mustapha, dit Si Djllali, Benkhelouf Belkacem, Belmokadem Abdelkader et autres. Un des membres fondateurs du théâtre amateur, M.Mohamed Meflah, lance le débat sur la préservation de ce trésor culturel , un débat qui a fait réagir, l’un des fans de cet art, le Dr Mahfoud Bentriki, qui ne se ‘’gêne’’ pas de défendre, Si Djillali, le principal fondateur du théâtre. Mohamed Meflah, embarrassé par cette réplique, livre ses explications.



Merci Docteur Mahfoud Bentriki. Vous contribuez à rappeler un pan de l’histoire des hommes de théâtre de Mostaganem. J’en  partage avec vous l’appréciation sur les hommes que vous citez tout en rejetant le paternalisme. Vous allez jusqu’à anticiper à posteriori sur la pensée de ces hommes aujourd’hui disparus. Toutefois vous êtes restreint en ce qui concerne le parcours d’Abdelkader BELMOKADEM. Merci. Eu égard à l’amitié que je partageais avec Si El Djilali, à la complicité que nous partagions pour neutraliser tous les «sabordages » visant la réalisation de ce festival, je n’ai eu et je n’ai que de la révérence et de la considération, illimitées à jamais, pour cet Homme.  Mieux encore je pense avoir été un de ses hommes de confiance. Sans faire dans la controverse, libre à vous de parler de «ressentiments», de «rancœur» de, «rancune», d’ « outrage », d’intégrer Mostefa Ben Abdelhalim à ceux qui ont subi le théâtre. Je n’ai eu à aucun moment à utiliser cette terminologie. Je ne fais pas dans ces raccourcis. Cela n’engage que vous.  Mon papier, loin de juger les uns et les autres,   rappelle des faits. La culture comme le théâtre  sont des spectres larges, ce qui m’impose en lisant votre papier à m’éloigner de la mésintelligence. Je le dis bien en concluant mon papier « Mettons des critères avant de baptiser un Théâtre. Invitons la société civile à l’impératif de se ressourcer dans l’histoire culturelle de sa ville quand l’opportunité d’une décision de baptiser se présente. «  Et comme vous le dites si bien « Ici sera clos le débat. »

M. Meflah Mohamed
Lundi 15 Juin 2015 - 18:30
Lu 636 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+