REFLEXION

MME LE WALI EN VISITE A HASSI-MAMECHE : “ Nous faisons confiance aux jeunes entrepreneurs diplômés ”

Dans le cadre de son programme de travail et d’inspection au niveau des communes de la wilaya, Mme le wali de Mostaganem, a eu à visiter dans la matinée d’hier plusieurs projets relevant des différents programmes du développement local, dans la commune de Hassi-Mamèche.



MME LE WALI EN VISITE A HASSI-MAMECHE : “ Nous faisons confiance aux jeunes entrepreneurs diplômés ”
En faisant une halte au niveau du chantier concernant la réalisation du nouveau siège de la daïra de Hassi-Mammèche, Mme le wali, comme à l’accoutumée, n’a rien laissé au hasard. Elle sollicite des responsables concernés de lui fournir tous les détails relatifs au projet sans aucune omission, elle doit tout savoir et de ce fait, elle met toujours ses interlocuteurs devant leurs responsabilités respectives. Ainsi, concernant le siège actuel d’un service technique qui jouxte le nouveau siège de la daïra, une proposition a été faite par le chef de la daïra d’affecter plus tard ce service vers l’ancien siège de la daïra afin de récupérer ces locaux pour les affecter éventuellement aux services sociaux à titre d’exemple.
Mais Mme le wali ne semblait pas séduite par la proposition et suggère que l’ancien siège de la daïra soit affecté à abriter la résidence du chef de la daïra à titre définitif.
Sur le plan de l’avancement des travaux, tout va pour le mieux, aucune difficulté majeure n’a été soulevée. Toutefois, la première responsable de l’exécutif de la wilaya a insisté auprès des responsables concernés au respect des délais d’exécution. Poursuivant son périple, la délégation wilayale, a fait une halte chez les jeunes bénéficiaires de locaux commerciaux dans le cadre du programme initié par le président de la République au profit des jeunes et là, c’était de l’émotion qui jaillissait de partout. En effet, Mme le wali a rencontré le premier jeune dans son salon de coiffure en plein besogne, il était en train de coiffer un client d’un âge avancé. Une discussion franche et amicale s’en est suivie entre le jeune promoteur et Mme le wali sur le parcours effectué jusqu’à l’obtention de son agrément.
Le jeune paraissait tout auréolé, joyeux et ravi enfin d’avoir son propre commerce tout en remerciant les autorités et à leur tête le président de la République pour cette initiative au profit des jeunes algériens.
A la question, si son local était raccordé au réseau d’assainissement, à celui de l’eau potable et à l’électricité, le jeune affirme que toutes les commodités dont il a besoins pour son travail de coiffeur ont été réalisées à la satisfaction de tous, avant qu’il ne soit salué par Mme le wali qui lui a souhaité plein succès dans ce nouveau créneau. Continuant sa visite, La chef de l’exécutif a eu à discuter avec plusieurs jeunes promoteurs des deux sexes dont les activités diffèrent allant de la couture, à la coiffure pour hommes et pour dames, à l’informatique, à la Pizzeria, aux gâteaux orientaux, à la boucherie moderne. Et le plus remarquable dans cette rencontre avec les jeunes, ces derniers souriants et joyeux, sont tous unanimes quant à l’optimisme affiché par les uns et les autres pour un avenir meilleur.
C’est une complicité et une confiance rétablie à jamais entre les pouvoirs publics et ces jeunes futurs patrons et entrepreneurs, constatées hier à Hassi-Mamèche.
Concernant une requête formulée par une jeune informaticienne ayant trait au raccordement au réseau téléphonique pour lui permettre dans le cadre de son activité de se connecter à Internet et dont le quartier n’est pas raccordé selon les explications fournies par les services concernées à la concernée, Mme le wali a tout de suite promis qu’elle s’en chargerait et qu’elle contacterait le directeur d’Algérie Telecom pour remédier au problème. Sur ce, la délégation a pris la direction d’un autre site situé sur la route d’Ouréah où elle a été reçue par d’autres jeunes promoteurs tout aussi ravis que leur seul et unique rêve vient de se réaliser grâce au président de la République et qui ont tenu à le faire savoir à Mme le wali. Le cortège prit la direction d’un autre chantier concernant cette fois-ci la réalisation de 48 logements sociaux par l’OPGI, où le taux d’avancement, selon le directeur de l’OPGI, dans sa présentation technique du projet, est à 82 % et espère réceptionner 40 logts le mois de juillet prochain, les huit logements restants connaitront un léger retard et seront achevés le mois de novembre de l’année en cours, toutefois soulève le directeur de l’OPGI, il y a une petite inquiétude du fait que le terrain retenu est accidenté, par conséquent l’OPGI essaiera de prendre en charge dans le cadre de l’enveloppe, tout ce qui est assainissement, alimentation en eau potable (AEP) et éclairage et comme c’est un talus, ajoute le même responsable, l’OPGI est dans l’obligation de réaliser un mur de soutènement sur toute la longueur dans le but de préserver et de protéger les habitations, “c’est très couteux”, affirme t-il, et propose à Mme le wali de voir s’il pourrait y avoir une possibilité de faire participer la DUC à cette opération. En réponse à sa proposition, Mme le wali assurera qu’elle interviendrait en ce sens du fait que le site choisi est très beau et idéal pour ce genre de construction et les pouvoirs publics feront tout ce qui est en leur pouvoir pour que le projet soit réalisable dans les meilleures conditions possibles. Une autre précision a été apportée par le directeur de l’OPGI liée à l’avis d’attribution est paru hier et dans dix jours au plus tard, l’entreprise chargée de cette opération sera connue. Le projet en question a été attribué à un jeune entrepreneur du nom de Douidi Djamal, ingénieur en génie civil, détenteur d’un certificat de qualification n° 1, qui a crée pour la première fois son entreprise.
Mme le wali affirme que ce jeune a eu toute la confiance des autorités qui l’ont encouragé à travailler et vous voyez, il a un plan de charge, regardez le résultat, c’est du bon travail, il a réalisé des logements en R+1.
C’est un débutant qui est en train de faire son apprentissage et il aura acquis une certaine expérience, il sera parmi les entrepreneurs qui pourront bénéficier du collectif, c’est un jeune formé pour ce métier, il mérite tous les encouragements » tout en invitant le directeur de l’OPGI à encourager ces petites entreprises dans le semi-collectif qui représentent pas moins de 60 % du programme alloué à la wilaya de Mostaganem.
Le choix du semi-collectif dira Mme le wali répond à des critères et à des impératifs d’ordre social et traditionnel, sachant que les familles algériennes désirent avoir leur cour ou courette pour laver le linge, la grande vaisselle, le sacrifice du mouton etc..
Tous ces facteurs ont fait que le choix n’a pas été retenu par hasard, il y avait toute une étude sur la typologie du logement dans notre société tout en tenant compte bien sûr de l’environnement immédiat, l’hygiène, la salubrité publique autant de paramètres qui ont été pris en considération et d’enchainer : « Justement la wilaya de Mostaganem n’a pas enregistré de retards dans la réalisation de son programme parce qu’elle a fait appel et a fait confiance à des jeunes diplômés qui ont créé pour la première fois leurs entreprises, ce qui a fait que le nombre des entreprises au niveau de la wilaya de Mostaganem a été multiplié par cinq entre 2004 et 2010, où chaque entreprise a eu sa quote-part dans ce vaste programme ». Pour le directeur de l’OPGI, les choses évoluent dans le bon sens, du fait que les choses ont tendance à changer et cette nouvelle vague d’entrepreneurs diplômés dans la filière facilite est de loin, le problème de communication entre ces derniers, les bureaux d’études et le maitre d’ouvrage contrairement au passé. Continuant sa visite, Mme le wali a visité une nouvelle école primaire en cours de réalisation qui sera réceptionnée pour la prochaine rentrée scolaire, seulement là, elle n’a pas mâché ses mots en interpellant les responsables de la DLEP et de la DUC sur les espaces perdus au niveau de l’entrée principale de l’établissement et celui destiné à servir de bureau du directeur de l’école, lequel comprend trois pièces.
Mme le wali s’est demandée pourquoi ce gaspillage. Ça été le coup de gueule de la visite. Mais elle averti tout de même ces responsables qu’elle n’admettrait jamais ce genre d’erreur.
Avant d’aller visiter le château d’eau (Réservoir) du douar Blaîdia, la chef de l’exécutif a inspecté les 82 logts LSP réalisés par l’entreprise privée « Djaouhara Baida», qui d’ailleurs a été félicitée pour les travaux de finition effectués au sein des appartements. AA douar Blaidia, Mme le wali a eu à écouter M. Benaicha Houari, subdivisionnaire de l’hydraulique de la daïra de Hassi-Mamèche sur l’état d’avancement des travaux du réservoir et des différents raccordements qui devraient être effectués à partir du MAO et de la station de dessalement. Ces opérations permettront d’alimenter toute la région Ouest de la wilaya à 100 % et en H24. Dans ce contexte Mme le wali dira que la station de dessalement sera achevée au plus tard la fin de l’année et les travaux de canalisation ont été déjà lancés dont les travaux pour la seule commune de Hassi-Mamèche ont atteint plus 82 %, selon le subdivisionnaire de l’hydraulique, pour permettre le raccordement des communes de la région qui ont connu par le passé un problème en alimentation en eau potable. Comme vous pouvez le constater, la situation s’est améliorée ces dernières années et avec l’apport de ces nouveaux raccordements, nous espérons atteindre les objectifs escomptés à savoir la fourniture de l’eau potable en permanence.

Amara Mohamed
Mercredi 28 Avril 2010 - 10:48
Lu 1532 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+