REFLEXION

MISE AU POINT AUX MEDIAS EGYPTIENS : L’Algérie vainqueur, mérite respect et admiration



MISE AU POINT AUX MEDIAS EGYPTIENS : L’Algérie vainqueur, mérite respect et admiration
« L’argent peut acheter une position mais pas le respect ». De Blatter au président de la fédération de football Zambienne, à l’équipe rwandaise, à l’arbitre guinéen, la corruption bat son plein.
Ce fléau qui gangrène le football à une grande échelle, est devenue un art moderne pratiqué dans les hautes sphères footballistiques internationales, mêmes les politiques y sont impliqués au plus haut point. Tout est devenu négociable, l’essentiel est de mettre le prix et les égyptiens pour y parvenir n’ont pas lésiné sur les moyens au détriment d’un peuple en mal de vie, d’un peuple réduit à la pauvreté et à la misère et au silence surtout. L’histoire retiendra le comportement irresponsable des autorités égyptiennes et les agissements malsains et répugnants de certains cercles cairotes survenus un certain 14 novembre 2009. La réalité est tout aussi amère qu’un chiendent, mais les auteurs de ces massacres et de ces agressions et leurs commanditaires auront leur monnaie tôt ou tard, et à ce moment-là, ils sauront que les algériens sont limpides et sains d’esprit, car le résultat serait tout autre. L’Algérie n’osera jamais acheter un match de football, il y va de la fierté de son peuple et de ses enfants, un match ça se dispute et ça se gagne ! La grandeur du peuple algérien, ne réside pas uniquement dans ses richesses humaine et matérielle, mais elle réside dans son histoire et dans son patriotisme. Le peuple algérien force le respect comme l’on dirait aujourd’hui. Chapeau ! Respect pour ce peuple magnifique qui a su surmonter toutes les crises, respect pour ces milliers de supporters qui se sont déplacés au Soudan scandant : « Djeich, Chaâb, maâk Ya Saâdane Fi Soudane ». L’Algérie reste synonyme d’histoire, de lutte, de combat, forte par sa jeunesse, ses hommes et ses femmes. La civilisation au Maghreb remonte à des millénaires, et de toute l’histoire de l’Algérie, allant de Massinissa à Abdelaziz Bouteflika, en passant par le fondateur de l’Etat moderne algérien l’Emir Abdelkader et le père du nationalisme algérien Messali El-Hadj, aucun président, aucun chef d’état algérien, n’a fait allégeance à l’ennemi encore moins à une puissance étrangère aussi puissante soit-elle, la fierté berbéro-arabo-musulmane est de mise et n’a pas de prix car elle n’est pas à vendre, ne dit-on pas qu’un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. L’Egypte a été de tout temps la honte du Moyen-Orient et la risée du monde occidental, c’est la femme malade du monde arabe, son âge avancé l’a rendue si ingrate et si repoussante que personne ne la supporte et tout le monde la rejette, elle demeure à la merci de l’ennemi et les palestiniens, victimes de son ingratitude, en sont les premiers à payer le prix fort. Et si c’était Egypte-Israël en éliminatoires ? Sans commentaire.
Amara Mohamed
Directeur de la rédaction du quotidien « Réflexion »

Amara Mohamed
Lundi 23 Novembre 2009 - 09:25
Lu 762 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+