REFLEXION

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE : 200 000 élèves quittent l’école chaque année

Sur les ondes de la Radio Algérienne, l’inspecteur général au ministère de l’Education nationale, Nedjadi Messeguem, a révélé hier, mardi, que chaque année 200.000 élèves quittent les établissements scolaires faute de n’avoir pas été assistés. Cette désolante situation relève de la responsabilité de l’école qui n’a pas réussi à leur inculquer le savoir, sa mémorisation et sa restitution.



M. Nedjadi Messeguem, Inspecteur général au ministère de l’Education, tout en reconnaissant qu’il s’agit là d’indicateurs « alarmants », impute cette situation à un problème pédagogique doublé d’une « massification » de l’enseignement. Il rappelle que, chaque année, 200.000 élèves quittent les établissements scolaires faute de n’avoir pas été assistés. La responsabilité, dit-il, revient à l’école qui n'a pas réussi à leur inculquer le savoir, sa mémorisation et sa restitution. Il indique, d’autre part, que 80.000 à 90.000 élèves, parmi lesquels une majorité de filles, abandonnent l’école entre l’âge de 6 à 15 ans sur l’injonction de leurs parents. Il signale que c’est après l’arrivée de la nouvelle ministre de l’Education nationale que toutes ces questions ont commencé à inquiéter, amenant à mettre en branle une stratégie avec l’aide d’experts universitaires et d'enseignants chevronnés pour en cerner les raisons et élaborer des solutions. Il rappelle qu'un Plan national de formation a été lancé au profit des inspecteurs et des enseignants à qui va incomber la mission de reprendre et de corriger des pratiques pédagogiques inadaptées. Il précise que celui-ci a été monté en prévision de l’année scolaire 2016/2017, lors de laquelle « l’évaluation pédagogique prendra désormais le pas sur l’actuel système de notation ». L’inspecteur général du ministère de l’Education nationale annonce, encore, que le système de recrutement des enseignants va être revu fondamentalement pour corriger les dérives observées jusqu'alors. Il fait, aussi, état de l’institution, en cours, d’un cahier des charges visant à remettre aux normes, autant la création que le système de gestion des écoles gérées par des personnes de droit privé.  Notons que, le phénomène de redoublement scolaire (20% des effectifs des CEM, 30% de ceux des lycées et 8,85% dans le primaire) et celui des déperditions scolaires, de l’ordre de 2,34%.

Ismain
Mardi 8 Décembre 2015 - 17:08
Lu 147 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+