REFLEXION

MEMOIRE : Mazouz Ould Abderrahmane



Mazouz Ould Abderrahmane, né le 27 janvier 1941 à Mostaganem, Je vous parle d’un temps… Dans son unique roman, Le " Café Maure ", de Mazouz Ould Abderrahmane : homme de théâtre et de cinéma, revient sur l’Algérie des années 50. Ce joli roman, publié à titre posthume, respire l’authenticité d’un paradis perdu et perturbant. Mazouz Ould Abderrahmane est décédé à Montréal en novembre 2012. La madeleine de Mazouz a ceci de particulier qu’elle est faite de coups, d’humiliations et d’injustices. Son Algérie des années 50, encore sous le joug par des colons français –ici appelés Roomies– conserve malgré tout une nostalgie tourbillonnante, à l’image du chergui qui souffle sur Tigditt. «Le café Maure» aura été le seul roman de cet homme de théâtre et de cinéma immigré au Québec dans les années 70. «Celui qui crée n’abandonne pas», dit l’un de ses personnages. Ould Abderrahmane avait montré l’exemple en créant le Théâtre National Algérien au moment de l’indépendance. Il en a fait de même en gravant dans «Le café Maure» ses souvenirs, beaux en dépit des vents contraires. Allah Yarhmou.       Posté par Oughari Miloud

Réflexion
Mardi 19 Avril 2016 - 19:22
Lu 298 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+