REFLEXION

MEMOIRE : Cheikh Sidi Hadj Al-Mahdi



Né le 26 février 1928, Cheikh Sidi Hadj Al-Mahdi représente la grande figure solitaire par laquelle le message du Cheikh Al-Alawi (1934) a pu se perpétuer et s’amplifier au cœur même des conditions les plus défavorables, dans un milieu et une époque ravagés par la guerre, la haine, l’intolérance et l’abandon des valeurs traditionnelles de l’Islam. A la mort du Cheikh Hadj Adda en juillet 1952, l’investiture du Cheikh Al-Mahdi à la tête de la Zaouia Alawiya se fit à l’unanimité. Emprisonné, mis au secret sans cependant jamais être jugé, il fut assigné à résidence à Jijel en 1971 par le gouvernement de Boumedienne. La plupart des biens de la Tariqua furent saisis ainsi que de nombreux documents. Enfin libéré, mais physiquement très affaibli, il reprit ses activités et ses voyages en Europe où il laissa beaucoup d’amis et de nouveaux disciples partout où il passait. Il fut une véritable charnière entre le Maghreb et l’Occident. Il mourut à 47 ans, le 24 avril 1975, en martyr de l’idéal spirituel qu’il portait en lui.

Réflexion
Lundi 8 Février 2016 - 17:07
Lu 1020 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+