REFLEXION

MEMOIRE : Cheikh Mechri El-Missoum



Cheikh Si El-Missoum naquit en 1910. Il coudoya très jeune la moquette de la zaouïa Sedjrara où il apprit le Saint Coran et ce, jusqu'à l'âge de 16 ans avant de s'envoler vers les mosquées de Mascara, Béni Chougrane, Mazouna et El-Attaf pour une perfection. En 1939, il signa son retour au bercail, à la mosquée Ould Bella où il se consacra à l'exégèse du Livre Saint jusqu'à sa nomination, le 12 octobre 1955, en qualité d'imam et prêcheur à la mosquée de Rahouia qui venait d'ouvrir ses portes. Déterminé à joindre ses préceptes religieux au noble devoir de contribuer à la libération de l'Algérie, il intégra les rangs de l'ALN en 1956 avant de se faire arrêter, le 2 mai 1957, pour sillonner les prisons de Zemmora, Oued-Rhiou et Mostaganem. Libéré quelque temps après, il ne tarda pas à connaître une seconde incarcération, en 1958, car impliqué dans l'explosion perpétrée au siège du département français à Tiaret.

Réflexion
Vendredi 18 Mars 2016 - 17:05
Lu 250 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+