REFLEXION

MEMOIRE : Cheikh Djillali Ain Tédelès



MEMOIRE : Cheikh Djillali Ain Tédelès
Né le 9 septembre 1930 à Oued El Kheir, une plaine près d’Ain Tédelès, Djilali Kaious, plus connu sous le nom de Cheikh Djilali  Ain Tédelès est le cadet d'une famille de cinq enfants. Son père Laid,
depuis 1929 aide cantonnier, poseur de rails puis surveillant de voie,  exercera successivement à Sayada (ex-Pélissier), Kheir- Eddine (Ex Tounin) dans la région de Mostaganem et à Mansourah, une petite localité près  de Tlemcen. En 1943, sa famille s'installera définitivement à Ain  Tédelès, un village du littoral mostaganémois, dont il empruntera, pour sa carrière d'artiste, le nom. Le 5 juin 1955, il enregistrera  ainsi trois de ses propres textes. : Ya el goumri saf richet, Mabrouk d’nhar el khatra et Ya fahmine nhikilkoum et deux du grand poète de Hillel( Relizane), Cheikh Charef Boukheira, décédé en Mai 1990 : Raidi liha Ourjaye et Skini ya m’ra. Il mourut le lundi 25 décembre 1995 à Alger et fut enterré dans son village natal
 

Réflexion
Vendredi 15 Janvier 2016 - 16:42
Lu 687 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+