REFLEXION

MEMOIRE : Chahid Bordji Amar



Chahid Borji Amar, l’un des premiers précurseurs du 1er novembre 1954 à Mostaganem, connu pour son dévouement, il a fréquenté les grands tels que Benabdelmalek Ramdane, Benyahia Belkacem, Benayad Bendehiba, Keir Eddine et tous les autres qui se sont sacrifiés pour l’Algérie. Bordji Amar tombait au champ d’honneur, sous les balles des autorités coloniales françaises, les armes à la main en compagnie de son neveu âgé de 26 ans, le 22 décembre 1954, 52 jours après le déclenchement de la lutte de libération Nationale.  Le 21 décembre 1954 une grande battue sera organisée par des contingents entiers de police et de gendarme, pour mettre fin aux activités et aux opérations contre les forces de l’ordre françaises, l’homme était considéré comme dangereux et le cerveau de la région, chef du commando de la localité de Benabdelmalek Ramadane ex Ouilis, ce combattant selon des témoins, se trouvait en compagnie de son neveu Bordji kaddour lorsqu’il fut encerclé, à terre blanche, dans une région montagneuse et escarpée difficile d’accès, à Douar Chouachi , Bordji Amar lors de cet accrochage avec les forces armées coloniales s’illustrera par le combat faisant preuve de courage et bravoure en leur tenant tête toute une journée et une nuit presque entière et ce jusqu’au lendemain, ce ne sera qu’à quatre heures du matin qu’il tombera lui et son neveu sous les balles de l’ennemi.

Réflexion
Vendredi 29 Janvier 2016 - 15:52
Lu 238 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+