REFLEXION

MEMOIRE : Chahid Belayachi Ali



Né le 28 février 1934 à la vallée des jardins à Mostaganem. Il est issu d’une des grandes familles de notables de la ville, fils de Belayachi Ayachi et Ould Bey Khadidja. Ce valeureux nationaliste était un grand joueur de l’ex ISM actuellement ESM. Ce dernier interrompit ses études au niveau du certificat de fin d’études primaires et fut enrôlé dans les rangs de l’armée française de force et contre son gré en qualité d’appelé à Maghnia à l’âge de 20 ans. Après 06 mois d’instruction, il s’évade et rejoint le maquis avec 40 soldats armés dans la région de Ghazaouet. Une opération fut programmée durant le mois de Ramadhan. Se trouvant dans la région de Sidi Ali dans la wilaya de Mostaganem et après un violent accrochage avec l’armée française, il fut blessé à la jambe. Ce dernier fut chargé par les responsables de l’A.L.N pour la réparation des armes défectueuses. Le martyr Belayachi Ali dit Boufares avait comme tous ses frères un nom de guerre, on le surnommait « Si Abderrahmane ». De retour à Ghazaouet, il mourut au maquis les armes à la main durant l’année 1956. Les morts ne meurent pas quand on les enterre, mais ils meurent quand on les oublie. Allah Yerhamou

Réflexion
Samedi 23 Janvier 2016 - 17:46
Lu 307 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+