REFLEXION

MEDIATION DANS LA CRISE MALIENNE : De nouveaux pourparlers en Algérie

Préoccupée par la situation d’instabilité au Mali, l’Algérie accueillera durant ce mois de mars une autre rencontre entre séparatistes et mouvements pro-gouvernementaux maliens dans le but de trouver une sortie à la crise malienne. Cette nouvelle rencontre, qui aura lieu à Bordj Badji Mokhtar, aura pour but de regrouper autour d’une table les belligérants pour trouver une issue à la crise.



Alors que le Mali est à la croisée des chemins entre une médiation de l’Algérie, sollicitée par les deux parties du conflit, l’échec se pointe à l’horizon après que le Maroc ait venu encore une fois fourrer son nez dans la médiation. La question d’un interlocuteur crédible comme  l’Algérie pour mener des pourparlers entre  les parties prenantes de la crise  est la seule solution pour faire avancer le processus de dialogue inclusif entre les groupes armés du nord et le pouvoir. C’est dans ce sens qu’une nouvelle rencontre entre groupes touaregs et représentants du gouvernement malien aura lieu durant ce mois de mars à Bordj Badji Mokhtar, dans l’extrême sud algérien. Le défi sera de trouver des solutions durables à la crise qui secoue le Mali, rapporte Xinhua. Cette rencontre serait l’étape préalable à un nouveau cycle de négociations de paix à Alger.  Selon des informations révélées par Moulay Ben Ammar al-Hassani, un notable et médiateur  de la région d’Adrar, les autorités algériennes proposeront aux différents acteurs, entre autres ; la mise en place d’une option d’un pacte de paix  et  la proclamation d’une amnistie par le gouvernement au profit des combattants touaregs. L’Algérie, considérée par la communauté internationale comme un médiateur incontournable dans la crise au Mali, a repris le dessus après que la question de savoir qui du Maroc ou de l’Algérie dirigera le dialogue inter-malien, a été posée. En effet, début février, l’Algérie a signé son grand retour en tant que médiateur, mettant ainsi sur le banc de touche le Burkina Faso après son échec, et qui jusqu’à présent dirigeait le dialogue, ce qui a poussé le Maroc à fourrer son nez dans cette affaire pour tenter de mettre en échec les négociations menées par l’Algérie.

Riad
Mardi 4 Mars 2014 - 18:12
Lu 367 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+