REFLEXION

MAZAGRAN : Une mosquée antique, ciblée par la démolition

Le patrimoine antique de la perle de la Méditerranée est en voie de disparition, malgré sa richesse et ses valeurs historiques sans égal. Après la démolition de tant de repères, la mosquée « Oum El Mouminine » de Mazagran est menacée à son tour de disparaitre, vu les dangers qu’elle présente pour les fidèles selon les avis de l’expertise effectuée sur le lieu.



Quel sort est réservé à la mosquée antique « Aicha Oum El Mouminine » ?                      Telle est la question que se posent les citoyens de Mazagran, après des nouvelles portant sur la  future destruction de ce lieu de culte, qui leur est très cher. Cette construction antique, sise sur les hauteurs de la ville, datant de près de 09 siècles et dont l’année de construction à 1098. A ce sujet, des informations font état que l’opération d’évaluation de cette mosquée dans le cadre de son classement, s’est soldée par deux avis d’expertise, dont l’un a proposé de détruire carrément le lieu de culte de par la menace de chute qu’il présente et le danger permanent pour les fidèles. Quant au deuxième avis, il est de moindre degré, et propose juste de fermer le lieu le vendredi et une destruction partielle touchant juste le minaret, qui risque de se rompre et causer des dégâts physiques aux fidèles.  Pour rappel, cette mosquée antique représente beaucoup pour la mémoire collective de la ville qui tient à la sauvegarder et lui éviter une telle fin, car sa construction remonte à la création de la ville au temps des berbères et reste le premier lieu de culte de rite musulman à être érigé un siècle avant la construction de la ville de Mostaganem. Par ailleurs, cette mosquée demeure l’unique repère historique qui témoigne de la glorieuse bataille de Mazagran, livrée par l’armée du valeureux Emir Abdelkader contre l’armée coloniale en Février 1840. Notons à ce titre, que le tissu urbain antique de Mostaganem et de Mazagran ne cesse de subir des démolitions touchant à de multiples repères historiques , malgré un décret publié en 2015, relatif à la protection des sites historiques classés relevant du ministère de la culture et qui énonce qu’une opération de démolition ne doit toucher  le tissu urbain antique sans sa consultation ou la délivrance d’une autorisation portant sur sa démolition, sa réhabilitation, son entretien ou son réaménagement. Malheureusement, cela ne semble plus être le cas pour tant de sites et autres bâtisses historiques de la perle de la Méditerranée, disparus à jamais.

L.Ammar
Samedi 19 Août 2017 - 18:28
Lu 706 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-11-2017.pdf
3.67 Mo - 20/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+