REFLEXION

MASCARA : Une visite médicale chez des généralistes à 1000 et 1500 DA

L’ensemble des Médecins généralistes de la wilaya de Mascara se sont donnés le mot d’ordre pour pratiquer une visite médicale entre 1000 et 1500 DA or que le remboursement des frais médicaux, demeure inchangé au niveau de la CNAS. On se demande qui est habilité à fixer les honoraires du médecin et sur quelle base.



Le DSP que nous avons interrogé à ce sujet, nous a répondu «La DSP n’a aucun droit de retard sur les prix pratiqués par les médecins privés, ça devrait être du ressort de la CNAS. » A ce niveau, le Directeur en congé, on n’a pas eu de réponse. Concernant l’utilisation des radiographies par les médecins généralistes, le D.S.P disait « Que les médecins généralistes qui sont en possession d’un certificat délivré par l’Université peuvent pratiquer la radiographie, le reste, ils n’ont pas droit, une inspection est en tournée pour visiter l’ensemble des cabinets de la wilaya. » Concernant ces rassemblements que l’on trouve chaque matin devant les cabinets de médecins, ces gens qui perturbent la tranquillité des voisins, le D.S.P disait qu’« une note de sensibilisation leur a été adressées pour ouvrir leurs cabinets tôt le matin afin de faire entrer leurs patients et assurer la tranquillité de leurs voisins. » On a également soulevé le problème de la carte Chiffa que certains pharmaciens la garde plus de 20 jours et d’où l’on a relevé des pratiques illégales, le D.S.P disait « le cas de fraude engage le pharmacien et le patient qui a laissé sa carte trainer dans les officines ». Il est également question de l’agrément des infirmiers qui ont été autorisés à ouvrir des salles de soins pour pratiquer des soins, des injections, mais que ces derniers se sont ingérés à pratiquer des consultations qui ne sont pas de leurs ressorts mais de la compétence des médecins. Le D.S.P compte adresser une note de service invitant ces derniers à se conformer à leur statut de paramédicaux et non de médecins, cette note sera suivie d’une inspection sur le terrain. Donc, le problème ne se pose pas seulement au niveau des hôpitaux mais également au niveau des médecins privés qui ne se conforment pas à la déontologie médicale, certains sont devenus de simples commerçants dans la santé de l’être humain.

A. Ould El Hadri
Lundi 22 Août 2016 - 17:50
Lu 435 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+