REFLEXION

MASCARA : Une autre grève paralyse la ligne Tighennif-Mascara

Depuis que l’esplanade servant d’agence de stationnement pour les transports de voyageur a été clôturée par son nouveau propriétaire puisqu’elle a fait l’objet de vente à ce privé, les bus qui ont été délogés pour aller élire lieu de stationnement dans un espace situé devant le cimetière de Sidi Senouci.



Un lieu qu’ils trouvent inadéquat, ces derniers sont à leur deuxième grève privant ainsi les fonctionnaires de se rendre à leurs lieux de travail, sachant que parmi ces personnes qui se déplacent figurent des enseignants qui sont dans l’obligation d’être à leurs postes à l’heure sinon, un nombre important d’élèves va se trouver à la rue devant tout genre de risque, et perdant des heures précieuses dans leur programme scolaire. Les transporteurs ne se soucient pas des citoyens, ils cherchent leur propre intérêt. Par contre la Direction du transport  demeure  impuissante devant ce problème qui ne se pose qu’au niveau de la ville de Tighennif. On constate que des plaques de signalisation ont été placées aux deux entrées privant les bus venant de Hachem et de Oued El Abtal de transiter par la ville, ils veulent les faire dévier par la déviation de la RN 91, et les personnes qui viennent de ces lieux pour se rendre à Tighennif doit on les déposer  à  hauteur de la déviation qui est à quelques deux kilomètres pour rejoindre la ville à pied ? Les transporteurs de ces villes cités, ont une carte portant la ville de Tighennif comme arrêt officiel qui peut les priver de leur droit. Les plaques placées ont tout simplement été supprimées et c’est ce qui a provoqué le courroux des transporteurs de Tighennif qui disent être lésés. On se demande disait Mlle Rachida fonctionnaire à Mascara ce que fait la Direction du transport qui n’arrive pas à résoudre un pareil  problème? Par contre H. Abdelkader disait « la ville de Tighennif n’a plus le statut de ville urbaine, c’est un grand douar, dont l’entrée est marquée par des ouvriers qui occupent les trottoirs et une partie de la chaussée au vu et au su de tous, ils bloquent les passages pour piétons, ils agressent nos filles et nos femmes qui transitent par ces lieux.  Cette ville a vu également son agence de transport de voyageurs disparaitre comme par enchantement, son souk  hebdomadaire a également disparu, alors  que des responsables se tournent les pouces sans rien dire.

B.Boufaden
Mardi 5 Mars 2013 - 08:56
Lu 223 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+