REFLEXION

MASCARA : Sidi Kada sous la loupe

La commune de Sidi Kada dépendant territorialement de la daïra de Tighennif dont elle est distante de quelque 8 km est une Commune qui compte 23.353 habitants répartis entre les 4 centres semi urbains qui sont le village de Sidi Kada, le village agricole Smala Sidi Mahiedine, le douar Emir Abdelkader et Sidi Salem et les 12 douars. Elle est limitée au sud par la commune de Matemore, Sidi Boussaid, à l’Ouest par Maoussa, au nord par Tighennif et à l’est par Zelamta. La Commune est à vocation strictement agricole et à un degré moindre pastorale.



MASCARA  :   Sidi Kada sous la loupe
Enseignement : La commune compte un  lycée qui assure une demi pension, 3 C.E.M et 8 écoles primaires dont 4 en milieu urbain et 4 en milieu rural que l’APC vient d’équiper sur son propre budget de tableau blanc pour épargner, les écoliers et leurs maitres des conséquences des poussières que dégagent  de  la craie.
Habitat : La commune qui compte plus de 1000 demandes pour le logement social a bénéficié ces derniers temps de 30 logements et attend 90 autres dont 50 pour le social et 40 destinés au R.H.P, un vice président nous déclare que plus de 70% des habitations de la ville de Sidi Kada date de l’ère coloniale si ce n’est bien avant et sont couvert de toitures ou de tôles ondulées. En plus, cette ville a été envahies  à une certaine époque par des individus qui ont acquit des terrains sans acte pour construire des logements sans permis de construire donc illicite. L’opération d’éradication  de l’habitat illicite a permis la démolition de 54  habitations illicites en 2011 au niveau de Sidi Kada centre, 9  à Zougaia et 6 autres seront démolies ce mercredi  au niveau de Sidi Kada douar. D’autre part, la commune a bénéficié dans le cadre de l’habitat rural de 7 aides entre 2000 et 2004, de 374 aides  entre 2005  et 2009 et de 377 aides  entre 2010 et 2014, ce qui suppose que l’ensemble des douars semble satisfait par rapport  à d’autres douars de la wilaya.
Santé : La commune de Sidi Kada possède dans le cadre des infrastructures de santé d’une maternité de 10 lits, et de 5 centres de soins mais les habitants souhaitent  bénéficier  du projet d’une polyclinique qui leur permettra un entretien sanitaire sans déplacement inutile vers les villes avoisinantes comme Tighennif et Mascara.
Transport Scolaire : La commune est satisfaite en matière de transport scolaire, pour le moment les bus dont  dispose la Commune assurent rationnellement le transport des écoliers vers leurs établissement respectifs.
Transport de voyageurs : Le chef lieu de la commune est relié à ses différents centres semi urbains sans difficultés, et même avec le reste des localités avoisinantes grâce au nombre important de moyens de transport existant. On prévoit une agence qui englobe l’ensemble des transporteurs en un seul lieu pour faciliter la tache aux transporteurs comme aux voyageurs.
Electricité : Cette énergie qui demeure très indispensable de nos jours dans les villes comme dans les douars est assurée  d’une manière rationnelle et sans difficultés, mieux que durant les années précédentes où on a enregistré des baisses de tension  de temps à  autre. 
Eau : La commune dispose de 3 forages et un autre  est prêt, il manque d’équipements, mais il sera bientôt mis en marche, ce qui va sans doute nous permettre l’augmentation de notre débit déclare le P/APC. Le problème qui s’est posé dernièrement à  Sidi Kada douar a été résolu, sur ordre de M. Le wali.  Cette localité a bénéficié d’un nouveau assainissement et la suppression de tous les asperseurs qui étaient installés sauvagement  et qui  a  privé certains de cette denrée indispensable.
Agriculture : La commune est à vocation agricole, le secteur est exploité par des propriétaires privés et des bénéficiaires dans le cadre des terres de l’Etat attribué en E.A.C et E.A.C à partir des domaines agricoles restructurés. Le secteur assure une grande occupation pour les jeunes de la localité, les fellahs recrutent même hors de la Commune en particulier durant les campagnes, comme la collecte de la pomme de terre, la collecte des olives et la cueillette des petits pois.
Marché : La ville de Sidi Kada ne possède pas de marché de légumes et de fruits, le marché de proximité ouvert ces derniers temps semble ne pas intéresser la population qui le trouve à l’écart de la ville et ce fut l’informel qui domine, par ces magasins ouverts ça et là et qui n’appliquent  aucune règle, le  problème se pose même au niveau du squattage des trottoirs par certains commerçants véreux qui ne veulent point se conformer aux règles commerciales.
Aménagement de la ville : Le tissu urbain est aménagé à 50%  aménagement qui a touché le VRD, A.E.P  et l’assainissement, le reste de la ville sera aménagé en fonction du programme affiché.
D’un autre côté, la ville a besoin d’un autre bain maure,  car celui existant ne répond pas à la demande, ainsi qu’un marché pour légumes et fruits, il manque également un stade qui peut répondre à la demande des jeunes. Dans le cadre du tourisme et comme Sidi Kada est visitée par de nombreuses personnes et personnalités nationales et étrangères qui se rendent dans la localité pour visiter les sites historiques de l’Emir, doit au  moins avoir une auberge qui peut abriter les gens qui veulent prolonger leur séjour sur les lieux. On peut même penser à un Motel et un mini musée pour abriter les vestiges historiques de la localité. Au niveau du Mausolée de Sidi Kada, une organisation vient d’être mise en  place pour faire disparaitre ces vendeurs et ces mendiants, les mœurs de chacun doivent être respectées, un projet pour une bonne organisation est prévu.  Le wali qui a fait une visite inopinée sur les lieux a donné ordre pour la suppression de certaines choses qui poussent vers le charlatanisme et qui ne répond à aucune tradition de la localité. Le même problème est remarqué au niveau du lieu dit Zenine (l’ancienne carrière) qui s’est transformée en lieu de beuverie et de débauche. Depuis la construction du château d’eau et le recrutement d’un gardien, le lieu commence  à être débarrassé de ces délinquants qui perturbaient la tranquillité des habitants par le tapage nocturne. Sidi Kada cette ville qui portait le nom de Cacherou durant la période Coloniale, a  contribué d’une façon effective pour l’indépendance  du pays.
 

B.Abdelgheffar
Mercredi 20 Mars 2013 - 09:37
Lu 763 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+