REFLEXION

MASCARA : Les produits cosmétiques contrefaits inondent les marchés

Le marché local est inondé de produits cosmétiques contrefaits de grandes marques. Et pour cause, ce commerce génère de gros bénéfices, ce qui suscite l’intérêt notamment des vendeurs illicites qui exposent une multitude de produits contrefaits sur des étals, à même la rue et dans des conditions loin de respecter les normes d’hygiène.



Les magasins de cosmétiques, le souk où les vendeurs à la sauvette ont les mêmes produits et la même marque exposée, le risque pour les utilisateurs est grand, mais les services concernés ne bougent pas, la direction du commerce comme celle de la santé affichent un silence de glace devant un phénomène qui s’accroit de jour en jour. Il s’agit surtout de crèmes d’entretien de la peau, des articles de maquillage, de savons et même de parfums. Mais, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les inspections ne vont pas opérer dans les marchés connus pour accueillir ce genre de produits, mais dans des établissements légaux, les services compétents relevant de la direction du commerce ne contrôlent pas les vendeurs illicites. Les consommateurs des produits de beauté commercialisés sur le marché local sont de plus en plus exposés au danger de maladies dermatologiques, étant donné qu’un taux important des produits de beauté en vente dans les différentes surfaces commerciales est contrefait,  l’association de la protection des consommateurs, est absente elle aussi  or que cette situation est alarmante et devrait  imposer d’un côté, un contrôle draconien au niveau des frontières et l’encouragement de la production nationale d’un autre côté, vu que les prix bas des faux produits attirent le consommateur. II est important que le citoyen sache que toutes les marques sont contrefaites et imitées, sans exception. La cupidité de certains commerçants, nourrie par l’absence d’un dispositif réglementaire sérieux et efficace de lutte contre la contrefaçon, a fait que depuis quelques années des produits cosmétiques et parapharmaceutiques se vendent dans certains magasins et sur la voie publique dans la ville, sont actuellement exposés même dans les vitrines. Les produits parapharmaceutiques contrefaits, en vente dans les pharmacies, comme les crèmes protectrices utilisées en été, ont un effet négatif pour les utilisateurs. Le marché local et surtout les souks hebdomadaires sont inondés par les produits traditionnels de beauté  que présentent  les subsahariens et les Africains dont la quasi-totalité est importée des pays d’Orient ou d’Asie ou fabriquée à leurs manières. Les femmes trouvent que les produits médicinales exposés à travers les boulevards ou chez des magasins des épices remplacent les produits pharmaceutiques or que c’est un danger pour leur santé et celle des membres de leurs familles. Les médecins et pharmaciens que nous avons questionnés disent que les citoyens courent un grave danger à travers les produits cosmétiques, les marchands de produits médicinaux ne sont pas agréés par l’Etat et ne se conforment à aucun règlement. Les services du commerce et de la santé doivent rehausser le blason pour mettre fin ou du moins stopper ce phénomène qui ravage notre société et risque à long terme à faire subir à notre pays de grandes sommes  à cause des maladies qui peuvent surgir.

B. Boufaden
Lundi 11 Janvier 2016 - 17:51
Lu 102 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+