REFLEXION

MASCARA : Les diabétiques souffrent en silence

La wilaya de Mascara compte environ 11 000 personnes diabétiques recensées dont 280 enfants âgés de moins de 15 ans.



Cette maladie était la cause de l’amputation de membres inférieurs ou supérieurs de 30 personnes qui se trouvent de nos jours soit sur des chaises roulantes soit avec des béquilles, 04 personnes tétraplégiques, 30 dialysées et non-voyants. La maladie du diabète se propage, selon les spécialistes, à une vitesse vertigineuse et peut atteindre 600 millions dans le monde dans 20 ans alors qu’on compte actuellement 382 millions. L’Algérie compte de nos jours 3 millions soit 12% du taux mondiale dont 25% de jeunes et d’enfants parmi eux plus de 20% ne sont pas pris en charge socialement (non assurés). Le diabète est en rapport avec des facteurs à risques qu’il faut combattre, dont l’un des facteurs demeure la cigarette qui tue plus de 15.000 personnes par an pendant que les arrêts de cœur ravagent eux aussi plus de 30.000 personnes/an, donc l’auto surveillance demeure indispensable pour nos malades pour éviter les ulcères du pied diabétique dont sont victimes plus de 200.000 personnes par an, les médecins qui se sont succédés à la tribune ont donné des consignes à suivre afin d’éviter les risques du diabète et de vivre avec son mal sans risque. Le président de l’association des diabétiques de la wilaya de Mascara que nous avons contacté, déclare que l’association des diabétiques de la wilaya manque d’un local spacieux qui lui permet de recevoir les malades et qui lui permet également de recevoir des médecins qui ont proposé leurs services dans le cadre du bénévolat, un nouveau local lui permet également de mettre en marche un E.C.G. qui demeure à l’arrêt depuis belle lurette ainsi qu’un laboratoire 44 paramètre mis à leur disposition par la polyclinique. Le président parle également des dossiers des diabétiques nécessiteux qui demeurent en souffrance au niveau de la D.A.S. et des A.P.C, qui déclarent que seuls les cancéreux et les hémodialysés ont droit à une prise en charge par ces deux structures. L’association vit de nombreux problèmes dont le premier demeure le local vu que le matériel est entassé çà et là, le problème des officines de l’Etat dont certains ont complètement baissé rideau et les malades non assurés rencontrent problème. 

B. Boufaden
Mercredi 23 Mars 2016 - 17:12
Lu 234 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+