REFLEXION

MASCARA : Le transport, cette corvée journalière

Les habitants des Daïras de la wilaya de Mascara vivent une corvée quotidienne pour se rendre à leur travail ou à leurs préoccupations. En effet, chaque jour un nombre considérable de citoyens se déplace de toutes les localités vers le chef-lieu de la Wilaya les uns se rendent à leur travail dans les différentes administrations, les autres sont étudiants ou ont d’autres préoccupations. Et pour rejoindre ce lieu, ils doivent emprunter le transport public.



En premier lieu ces engins ne répondent à aucune condition d’hygiène ; ils sont un risque ambulant pour les gens qui les empruntent et ce, au vu du comportement de clown, tout le long du trajet, des chauffeurs, qui portent dans leur majorité des lunettes de soleil. Il y a ensuite le comportement du receveur qui se permet et sans aucune réserve à ‘’prononcer’’ des vulgarités et obscénités devant les femmes et les hommes et gare à celui qui ose les rappeler à l’ordre. En ce qui concerne les arrêts facultatifs, c’est tout un autre problème, car les voyageurs qui demandent un arrêt en cour du trajet, n’y ont pas droit. Par exemple, les bus à destination de Sig refusent les voyageurs de Hacine, ceux de Bouhanifia refusent ceux de Senaissa, idem pour ceux de Ain Fekan qui refusent ceux de Tizi, de Oued Taria refusent ceux de Ghriss, de Hachem et Oued El Abtal refusent Maoussa et Tighennif etc…pourtant sur les itinéraires ces arrêts facultatifs figurent. En cette période estivale c’est un autre problème qui se pose ; l’ensemble des Bus prennent le chemin de la mer sur autorisation de la Direction du Transport, légale ou illégale, elle porte le cachet et la signature, ceci sans tenir compte de la population qui doit rejoindre les lieux de travail , parfois le strict minimum n’est pas assuré. A qui faut-il se plaindre disait Réda qui doit rejoindre son poste de travail et qui rencontre quotidiennement un problème, parfois il a recours au clandestin pour 500DA, ‘’nous subissons le diktat des transporteurs’’ ajoute-t-il. Farida, postière, dit ‘’tous les jours il y a problème, mais le jeudi c’est encore pire pour les déplacements de Tighennif à Mascara, les bus préfèrent faire des navettes Tighennif-Maoussa pour le souk hebdomadaire laissant la ligne Mascara sans Bus obligeant ainsi les habitants à avoir recours aux clandestins et à quel prix. Ventre creux n’a point d’oreille.

B.Boufaden
Mercredi 10 Août 2016 - 16:56
Lu 124 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+