REFLEXION

MASCARA : La préférence de la friperie, par nécessité ou pour la qualité ?

Durant les quelques années passées, acheter des vêtements au niveau de la friperie était une honte, et ce n’était que les gens vraiment nécessiteux qui se dirigent vers les endroits où se vendait la friperie dans ces différents stands, puis petit à petit, tout le monde se tournait vers ce créneau qui est devenu juteux pour les commerçants et bénéfique pour les acheteurs. Mais comment donc ?



De bouche à oreille une efficace publicité s’est faite disant que dans la friperie se trouve des vêtements de tout genre d’une très bonne qualité et qui n’a rien à envier aux habits neufs et tout le monde se dirige progressivement vers ce créneau qui se multiplie à une vitesse vertigineuse.  Et voilà que des milliards roulent dans le créneau de la friperie et qui échappe complètement aux impôts, c’est un moyen de blanchiment d’argent d’un genre respectable et qui n’attire pas l’attention d’un grand monde. Certaines personnes interrogées disaient : Keltoum, mère de famille, fonctionnaire rencontrée  à proximité d’un stand de friperie disait « je viens de temps à autre ici pour faire le tour des magasins de friperie, il y a de très bonnes occasions en particulier au niveau des souliers pour enfants, ils sont un peu chers, mais de bonne qualité , un soulier peut vous permettre de passer toute une année, or que ceux de chez nous, à peine trois mois, je préfère des souliers au niveau de la friperie » par contre Djillali disait « depuis que j’ai su qu’il y a des occasions, surtout le jour de l’ouverture des colis, j’achète tous mes habits ici, je les lave, je les passe au dégraissage et le tour est joué et je peux vous promettre qu’ils ne peuvent être différenciés des habits achetés au niveau des vitrines. Mais les vendeurs eux trouvent une  autre astuce pour tromper les gens sur leur revenus qui sont très importants, Karim disait « vous voyez, nous essayons tant bien que mal de gagner notre vie ici enseveli sous des habits avec la poussière qu’ils dégagent pour ne vendre que du chiffon à  bas prix, vous croyez que ces revenus nous permettent vraiment de gagner notre vie ? » Plus de six commerçants visités, aucun d’entre eux n’a voulu nous dire s’il paye des impôts, tout le monde détourne la question. Maintenant reste le problème de santé, ces habits ne peuvent ils pas  provoquer des  maladies de la peau ou des virus transmissibles ? Qui peut nous informer sur ce phénomène ? Certaines personnes sont conscientes du problème mais ne peuvent s’en passer devant de telles occasions, nous y reviendrons plus tard.      

B Boufaden
Dimanche 24 Février 2013 - 00:00
Lu 210 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+