REFLEXION

MASCARA : L’Aid des villes mortes



L’ensemble de nos villes et villages sont demeurés villes mortes durant les deux journées de l’Aid où malgré les directives de la Direction du commerce, tout le monde était à la recherche du pain, alors que certains commerçants ont carrément baissé leurs rideaux sans se soucier de la population. Par contre, certains ont répondu à l’appel et ont affiché même une très bonne courtoisie devant les clients allant jusqu’à leur souhaiter bonne fête. Chaque année, le même scénario se répète, la Direction du commerce semble absente sur le terrain. Il n’y a pas si longtemps, il y avait un calendrier de congé pour les boulangeries et des journées de repos pour les boulangers, les coiffeurs et autres, aujourd’hui rien de tout cela n’existe , chacun fait ce qui lui plait sans crainte de sanction, puisqu’il sait pertinemment qu’il n’y aura aucune sanction.                 

B. Boufaden
Mercredi 14 Septembre 2016 - 18:07
Lu 138 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+