REFLEXION

MASCARA : Forte mobilisation pour la protection de l’environnement



On constate que l’Etat à travers ses institutions donne une grande importance à l’environnement en particulier depuis que les pays industrialisés se sont rejoints à la convention de Paris et dont l’Algérie a ratifié au même titre que le reste du monde. L’environnement a changé de long en large d’où l’on remarque l’aménagement d’espaces verts, de jardins et même l’entretien des forêts récréatives. Dans la wilaya de Mascara, tout un monde est mobilisé pour l’entretien de cet environnement, les forêts, l’Epic, la Direction de l’environnement et d’autres acteurs dont le seul but est de mettre sur pied un environnement au sens propre du mot. L’environnement et le patrimoine commun dans sa composante, ressources et milieux naturels, espèces animales et végétales, diversité et équilibre biologiques doivent être respectés, d’abord parce que c’est une obligation juridiquement sanctionnée. En effet, depuis plusieurs années, le droit de l’environnement s’est développé et prévoit des sanctions pénales en cas de non-respect des règles édictées par exemple, en matière d’installations classées, telles qu’industries chimiques ou élevage intensif. La préservation de l’environnement et du patrimoine devient depuis quelques années un enjeu mondial, synonyme de responsabilité envers les générations futures. Les richesses naturelles de la terre ne sont pas illimitées et certains comportements, qu’ils soient le fait d’individus surconsommation d’énergie ou d’eau ou d’entreprises, pollution des rivières, là où il y a des cours d’eau les mettant en danger. Ceci d’autant plus que nombre de pays en voie de développement, grâce aux progrès économiques réalisés, adopte peu à peu un mode de vie à l’occidentale qui implique une consommation d’énergie et une pollution accrues. Des conférences internationales tentent de coordonner les initiatives des États en matière de protection de l’environnement. Comme au Sommet de la Terre (Rio de Janeiro, juin 1992), où 172 gouvernements décident d’intervenir pour assurer le développement durable de la planète selon la documentation y afférente. La conférence de Kyoto, organisée par les Nations unies en décembre 1997, aboutit à la signature d’un protocole entré en vigueur le 16 février 2005 et visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Le Sommet Rio+20 de juin 2012 débouche sur l’adoption d’un texte « L’avenir que nous voulons », articulé autour de la mise en œuvre d’une économie verte  et qui devait permettre l’élimination de la pauvreté et la croissance économique durable, de la formulation d’objectifs de développement durable et du renforcement de la gouvernance environnementale internationale. La Constitution portant la Charte de l’environnement proclame notamment que chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux pour  préserver la bonne santé et que les pouvoirs publics doivent promouvoir au développement durable. Si nous faisons le constat des risques liés à la dégradation de l’état de la planète et de l’urgence qu’elle nécessite, ce processus aboutit à l’échelle nationale à un engagement de toute la société sur des mesures concrètes pour inventer un nouveau mode de production et de consommation de produits pouvant nuire à cette planète et à son environnement. De même, le patrimoine mondial de l’humanité, les monuments, les paysages et autres vestiges constituent un héritage à protéger afin de le transmettre sans dégradation aux générations futures. Dans ces conditions, leur préservation devient, elle aussi, une priorité nationale et internationale. L’UNESCO établit depuis 1972 une liste du patrimoine mondial. Des sites culturels ou naturels y sont inscrits, interdisant toute destruction ou modification. Ceci n’empêche pas certains citoyens a transgressé ces lieux au moment  où l’Etat se trouve mobilisé avec tous les moyens nécessaires.    

B. Boufaden
Mercredi 30 Novembre 2016 - 20:00
Lu 184 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+