REFLEXION

MASCARA : Des potentialités touristiques existantes mais mal exploitées

Même si la wilaya de Mascara recèle d’énormes potentialités touristiques eu égard à toutes les diversités naturelles de ses paysages notamment dans les zones humides et thermales, le secteur en question demeure inexploité mis à part la ville thermale de Bouhanifia qui draine des milliers de touristes en quête de cures tout le long de l’année grâce à ses nombreux hôtels mais qui sont marqués par une dégradation avancée.



La ville, en période d’affluence, n’arrive pas à satisfaire la demande des flots de touristes qui affluent en ces périodes de vacances notamment celles de l’hiver et du printemps. Le chef-lieu de la wilaya ne dispose que de trois établissements hôteliers et d’autres hôtels dans la capitale de l’Emir sont en cours de réalisation hormis Mascara et Bouhanifia,  les deux seules villes qui disposent de ce type d’établissements, les autres villes en sont dépourvues comme la ville des oranges, Mohammedia, la ville des olives, SIG, Tighennif avec ses deux infrastructures qui ne répondent pas aux normes d'hôtellerie, Ghriss échappe à cela puisqu’ un privé a construit un joli hôtel dans cette plaine qui faisait jadis la renommée de la région de Mascara en matière d’exploitation agricole. Certains privés que nous avons sollicités pour nous parler de ce créneau porteur et créateur d’emplois, nous ont fait part de leur crainte d’investir dans un secteur qui, à leurs yeux, n’est pas rentable. S’agissant des établissements de restauration, exception faite de la ville thermale de Bouhanifia, la ville de Mascara compte beaucoup de gargotes et de pizzerias mais aucune trace des grands restaurants classés ou quelques-uns dignes de ce nom nouvellement construits et ouverts aux clients friands de la grande gastronomie ou  d’autres qui se comptent sur les doigts d’une seule main. Les milliers de travailleurs qui exercent à Mascara et non-résidents nous ont tous fait part de leur désir de voir ouvrir des restaurants qui servent des menus dans des conditions d’hygiène acceptables  mais pour le moment, les visiteurs et les passagers qui transitent par Mascara doivent se contenter de ce qui existe en attendant mieux et tout porte à croire que la situation dans ce secteur stratégique va dans le sens de l’amélioration compte tenu de tous les grands projets inscrits et en cours de réalisation pour le secteur du tourisme dans la wilaya de Mascara, un créneau qui promet beaucoup. Concernant la journée mondiale du tourisme, une visite a été organisée au niveau de Bouhanifia, une station thermale gérée à distance, des potentialités touristiques importantes qui sont gérées par la version classique sans objectif. La station thermale de Bouhanifia a toujours fait l’honneur de la population Mascareenne et qui se trouve de nos jours en nette dégradation à cause de sa gestion à distance. En effet, la gestion de cette station à partir de l’E.G.E.T de Tlemcen risque de l’ handicaper, on aurait dû au moins désigner un gérant sur les lieux pour s’occuper de l’ensemble des infrastructures dépendant de l’E.G.E.T. La journée mondiale du tourisme célébrée à Bouhanifia nous a permis de relever les carences et les négligences en particulier les sources qui se trouvaient un peu partout et dont la plupart ont disparu ou furent envahies par les eaux usées que dégagent les hôtels se trouvant à proximité. L’exposé fait par le représentant de l’E.G.E.T sur le futur aménagement qui va avoir lieu sur certaines infrastructures thermales a mis plus d’un en doute craignant toute anomalie sur les nappes thermales, on devait en principe faire appel à des hydrauliciens et des spécialistes dans le domaine des thermes avant d’entamer une quelconque modification. Le plus important, c’est les bains traditionnels (Hammam Baraka et Hammam Saa (Heure)) qui sont pour la population Mascareenne une sorte d’identité, en particulier les personnes âgées qui voient en ces lieux leur jeunesse et tant de contes qu’ils racontent à longueur de  journée. Les responsables de ce secteur doivent investir le terrain pour connaitre au moins ce qui existe et qui peut être exploité sans dépenses en attendant les projets qui seront réalisés dans un  proche avenir.  

B. Boufaden
Mercredi 30 Septembre 2015 - 10:39
Lu 255 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+