REFLEXION

MASCARA : Des pastèques irriguées aux eaux usées à Tighennif

De grandes étendues de culture de pastèques situées au lieu dit « Douar Boussaid » à quelques encablures de la ville de Tighennif sont irriguées à l’eau usée de la retenue d’eau d’Ouled Beldjillali, ainsi que les vergers d’oliviers de Sbaihia, situées dans les parages de la digue.



Au coucher de soleil, des motos -pompes arrivent à bord des camions pour être installées et  passent toute la nuit à pomper de l’eau usée qui permet l’irrigation des vergers d’oliviers et les pastèques à travers une tuyauterie bien dissimulée sous terre pour ne pas attirer l’attention des responsables en cas de visite sur les lieux, les riverains parlent même de complicité. Sachant que des sommes importantes ont été engagées pour la construction d’une station de relevage à Faid Latache (la vallée de la soif)  suite à l’inondation qui se faisait chaque année durant l’hiver sur les douars de Remaikia et Ouled Beldjillali. Lors de l’inauguration de la station de relevage par le wali de Mascara et suite à la doléance des fellahs de la localité qui voulaient bénéficier d’une partie de ces eaux pour l’irrigation de leurs vergers d’oliviers, le wali leur a promis la construction d’une station d’épuration  sur les lieux qui leur permet d’exploiter l’eau pour l’irrigation, mais a invité ces fellahs à se constituer en association et a même chargé le Directeur des ressources en eau et le D.S.A. à faire le nécessaire.  Certains fellahs se sont rebellés pour voler ces eaux ignorant que ces eaux sont nuisibles pour les jeunes plantations qui présentent déjà un jaunissement des feuilles puisque cette eau contient des produits acides, contenant des détergents, des acides, des huiles provenant des stations de lavages et autres, cette eau n’a fait l’objet d’aucune épuration. Le plus grave encore c’est l’irrigation des pastèques, ces fruits sont porteuses de germes et peuvent provoqués des intoxications. H. Benali un habitant de l’un des douars voisins disait « tout le monde sait qu’il y a pompage d’eau à partir de la digue d’Ouled Beldjilali, comment se fait-il que les responsables ne le savent pas, ils ont leurs amis dans le voisinage.» Avec cet été qui s’annonce déjà chaud et les quelques cas heureusement pas graves d’intoxication déjà enregistrés au niveau de notre wilaya, les services d’hygiène doivent «se mettre à cheval» afin d’éviter toute éventuelle catastrophe des M.T.H que peuvent provoquer ces pastèques une fois arrivées au souk.

B. Boufaden
Samedi 2 Août 2014 - 20:00
Lu 243 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+