REFLEXION

MASCARA : Des maladies professionnelles non reconnues



La majorité des enseignants de tous cycles confondus (primaire, moyen, secondaire) ont contracté des maladies chroniques dues à leur métier d’apprentissage à l’intérieur des écoles telles que la dépression nerveuse, les maux de tête, l’allergie provoquée par la poussière de la craie etc… Seulement 01 maladie, considérée comme étant une maladie chronique, est prise en charge par la CNAS. Il s’agit de la perte des cordes vocales. Un ancien instituteur en retraite dira « je suis en retraite mais je souffre des maux de tête et d’une dépression nerveuse, je me soignais souvent sans prise en charge de la CNAS ». Il y a lieu de le dire, les enseignants ont fourni des efforts intellectuels considérables durant leurs carrières. Certains d’entre eux ont contracté des maladies diverses liées à l’exercice de leur profession. Or il se trouve que la CNAS ne reconnaît que certaines d’entre ces maladies. A titre illustratif, un grand nombre de dossiers médicaux déposés par les enseignants ont été refusés par la CNAS, sous prétexte que ces dossiers concernent les maladies liées à la profession des enseignants ne sont pas reconnus comme telles par cette caisse.

F.Hadi
Samedi 14 Mai 2011 - 12:03
Lu 622 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+