REFLEXION

MAROCAINS EXPULSES D'ALGERIE : Une sénatrice maroco-belge relance le débat

Au milieu d’une guerre de déclarations entre la diplomatie algérienne et marocaine qui enfonce les deux pays dans une crise politique, le Sénat de Belgique a organisé, hier vendredi, un colloque sur la question des Marocains expulsés d'Algérie en 1975, initié par Fatiha Saïdi, sénatrice belgo-marocaine, née en Algérie dans le but bien sûr de faire pression sur les autorités algériennes.



MAROCAINS EXPULSES D'ALGERIE : Une sénatrice maroco-belge relance le débat
Fatiha Saïdi,sénatrice belgo-marocaine, née à Oran , militante des droits humains a  déposé une résolution au Sénat belge en janvier 2012, en demandant aux deux Etats, le Maroc et l'Algérie, de s'auto-saisir dans la question des Marocains expulsés d'Algérie en 1975. Cette militante marocaine, veut médiatiser cette histoire devant l’opinion internationale, selon ses déclarations  rapportées par les médias  étrangers. L'objectif principal de ce colloque est d'objectiver les faits de manière académique et sous l'angle du droit international, et de faire un petit rappel en présence des témoins. « Je pense que maintenant les faits ont été connus mais ils manquent davantage d'objectivation pour sortir de l'émotion et faire en sorte que ces faits soient réellement des faits inscrits dans l'histoire.», a déclarée, Fatiha Saïdi. 
 
Une décision souveraine de l’Algérie 
Pour rappel ,l'expulsion des Marocains d'Algérie est un déplacement forcé de la diaspora marocaine vivant en Algérie vers le Maroc, qui a eu lieu en 1975, à la suite de l'annexion du Sahara occidental par le Maroc. Appelée également « La marche noire » par les expulsés marocains, a été lancée le 18 décembre 1975 par le président Houari Boumédiène, afin d'expulser les Marocains résidant en Algérie. Cette expulsion est une conséquence de la rupture des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc, à la suite de la confrontation militaire qui oppose les deux pays à Amgala, au Sahara occidental, après la marche verte lancée par le roi Hassan II et l'annexion du Sahara occidental par le Maroc. La décision est intervenue en réaction à la marche verte décrétée par Hassan II .Le défunt Houari Boumediene, a pris sa décision après concertation avec Abdelaziz Bouteflika, ministre des Affaires étrangères à l'époque, et le conseil de la révolution algérienne .
 

Ismain
Samedi 18 Mai 2013 - 10:25
Lu 1714 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+