REFLEXION

MAROC-ALGERIE : De la guerre froide à la mondialisation

Les frères ennemis qui traînent depuis prés de 50 ans des relations du type ''je t'aime, moi non plus'' .Aujourd'hui, le Maroc et l'Algérie sont condamnés à s'entendre et à entreprendre d'urgence une vision horizontale de leur géographie.



MAROC-ALGERIE : De la guerre froide à la mondialisation
Le Maroc et l'Algérie sont en conflit depuis... 1962, soit 49 ans. Un record..!L'onde de choc des révolutions arabes n'a épargné ni le Maroc, ni l'Algérie qui ont dans la précipitation entrepris des mesures sociales de subventions des produits de première nécessité ouvrent déjà les discutions sur la normalisation prochaine des relations entre les deux pays. L'intérêt des pays du Maghreb est dans l'unité pour la stabilité et le développement du Maghreb. Depuis près de 2 siècles, le monde arabe est divisé entre puissances française, anglaise et italienne, puis entre idéologies capitaliste et socialiste, puis, depuis la chute du Mur de Berlin entre proaméricain anciens et proaméricain nouveau. Ces valets et sous valets ont assujettis leurs peuples face aux revendications légitimes pour une justice et une dignité tant sur le plan local que sur le plan extérieur notamment par rapport au conflit palestinien, à la guerre en Irak. Les peuples ont conscience que leurs intérêts ont été bafoués, que jamais l'Irak n'aurait été envahi sans la complicité bienveillante des régimes arabes corrompus et à leurs têtes l'ancien régime Moubarak. De l'invasion de l'Afghanistan aux invasions de l'Irak, du Liban, de Gaza, de la Somalie, de la colonisation de la Cisjordanie à la division programmée du Soudan, les peuples arabes assistent à leurs déconfitures et à l'impuissance ou la complicité de leurs dirigeants. Il est significatif de constater que les tunisiens affirment qu'ils ressentent une seconde et véritable indépendance. Que la première indépendance n'a fait que remplacer un gouverneur étranger par un gouverneur local plus vorace. Seule la véritable indépendance pourra déboucher sur une union arabe réclamée par l'Histoire, la langue, la culture, la raison et l'intérêt suprême ou encore l'instinct de survie face aux défis permanents. Les défis auxquels sont confrontés les pays arabes dépassent le cadre étroit de relations bilatérales. Les peuples arabes n'ont jamais senti avec autant de force avant l'immolation de Bouazizi qu'ils ne forment qu'une seule communauté, que leurs problèmes sont à quelques variantes près identiques.

La raison et l'intérêt
La raison doit prévaloir dans les relations marocco-algériennes. C'est dans l'Union du Maghreb arabe que les peuples retrouveront leur dignité. Au delà de la question des frontières, des marocains expulsés ou du Sahara et face à la déferlante révolutionnaire avec le risque évident de montée islamiste, seule force capable de mobiliser les foules, les régimes marocains et algériens ont intérêt à anticiper les aspirations populaires et à les conduire pour éviter de les subir. L'Europe a tout intérêt à encourager une telle union, qui sera, par la complémentarité et le développement induit le seul véritable frein à l'immigration clandestine. Les Etats-Unis ont tout intérêt à encourager cette union qui sera le seul véritable frein à l'extrémisme et à Al-Qaeda.

Le rôle de la France, de l'Espagne et des Etats-Unis
Si la France a toujours appuyé la position marocaine sur le Sahara, derrière cet appui se cache une mini guerre froide franco-espagnole. L'Espagne a perdu un bastion de protection des Iles Canaries de l'immigration clandestine, un territoire hispanophobe qui aurait été sous son influence nonobstant ses richesses en phosphates et poissons. En appuyant la position marocaine, qui aussi légitime qu'elle puisse être, la France s'est privée de jouer le rôle d'arbitre et de conciliateur. Au contraire, elle a exacerbé les divisions en mettant en concurrence les 3 pays du Maghreb : Maroc, Algérie et Tunisie ou en les plaçant en situation concurrentielle permanente. Les Etats-Unis par contre ont une vision régionale et appellent à l'intégration des pays du Maghreb. Les américains veulent traiter avec un marché régional de 100 millions d'habitants ayant des lois juridiques et fiscales normalisées. Si l'intégration maghrébine se fait sous la houlette exclusive américaine, cela marquera après l'échec de la diplomatie française en Tunisie, l'accélération du processus de déclin de l'influence de la France au Maghreb. Par contre la réactivation de l'Union du Maghreb Arabe, l'UMA, constitue la levée d'une des entraves au projet de l'Union pour la Méditerranée cher à la France. L'instabilité politique en Tunisie et l'insurrection en Libye avec le risque de guerre civile, de partition et d'intervention étrangère oblige les 2 pays, le Maroc et l'Algérie à coordonner leurs diplomaties et à se positionner en faveur de l'unité, de l'intégrité et de la sécurité régionale. Les frères ennemis qui traînent depuis prés de 50 ans des relations du type ''je t'aime, moi non plus'' .Aujourd'hui, le Maroc et l'Algérie sont condamnés à s'entendre et à entreprendre d'urgence une vision horizontale de leur géographie. Le contexte international les y oblige, pour leur stabilité, pour leur développement et pour répondre aux aspirations de leurs peuples.

Ismain
Vendredi 4 Mars 2011 - 10:31
Lu 1724 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+