REFLEXION

MARINE LE PEN EN COLERE CONTRE LES MINISTRES FRANÇAIS ! : Sellal inaugure une usine Renault à Oran

Le premier ministre Abdelmalek Sellal et le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, et son collègue le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, se sont rendus, hier matin, à Oran pour participer à la cérémonie d'inauguration d'une usine Renault à Oued Tlelat.



Les deux délégations, algériennes et françaises ont assisté à la sortie de la première voiture des chaînes de montage. Pour le gouvernement algérien comme pour le gouvernement français, la sortie du premier symbole algérien confirme un renouveau des relations entre Paris et Alger.
Marine Le Pen en colère !
Ce déplacement  des ministres français en Algérie a donné lieu à une réaction de la présidente du Front National Marine Le Pen qui l'a qualifié d'"indécent", écrit Mme Le Pen dans un communiqué. Cette cérémonie n'a pas été du goût de Marine Le Pen. La présidente du FN a, en effet, qualifié d'«indécent» le déplacement en Algérie d'Emmanuel Macron et Laurent Fabius. Pour la présidente du parti d'extrême droite, «qu'une usine Renault se crée en Algérie, pourquoi pas, mais que des ministres français viennent célébrer cet événement au moment où nos propres usines françaises ferment et les délocalisations s'accélèrent, c'est tout bonnement insultant pour les travailleurs français».
Une capacité de production allant de 25.000 à 75.000 véhicules par an.
Opérée par la société Renault Algérie production, l'usine est détenue à 51% par l'Etat algérien et à 49% par Renault, l'usine aura dans un premier temps une capacité de production de 75.000 véhicules par an. L'investissement de 50 millions d'euros est appelé à passer à terme à 800 millions d'euros, selon des sources algériennes. Elle va produire une version de la voiture Dacia Logan, sous le nom «Renault Symbol», des véhicules destinés au marché intérieur algérien, le deuxième plus grand d'Afrique avec plus de 400.000 véhicules importés chaque année. Le marché algérien, qui avait connu un pic en 2012 avec plus de 600.000 véhicules importés, connaît toutefois une baisse qui va atteindre 20% fin 2014. Il y a eu 324.000 véhicules importés jusqu'a fin septembre pour 4,14 milliards de dollars, contre 439.000 pour la même période en 2013 pour 5,42 milliards de dollars. Le marché a connu un boom exceptionnel en 2012 avec plus de 600.000 véhicules importés pour 7 milliards de dollars.
Rappelons aussi, qu’une usine de Tiaret (nord-ouest) vient de produire ses premiers véhicules 4x4 Mercedes destinés à l'armée et le Chinois Faw a signé un protocole d'accord il y a un an pour construire une usine d'assemblage d'une capacité de 10.000 unités par an. En effet, cette usine permettra la création de 350 emplois, dont Ingénieurs, chefs d’ateliers, techniciens, cadres du staff etc…et ce en dehors des postes d’emplois créés par les sociétés des prestations de services à savoir, la restauration, sécurité, nettoyages et autres services qui activent en aval de l’usine.
Lors de son intervention dans le cadre de l’inauguration de l’usine en question, M.Sellal déclara que ‘’ L’entreprise Nationale,  qu’elle soit publique ou privée, est au cœur de notre démarche de renouveau économique. Elle sera accompagnée, soutenue et encouragée à bâtir des partenariats, notamment avec des partenaires étrangers leaders dans leurs domaines d’activité.
Une usine Renault en Algérie, symbole du nouveau partenariat entre Paris et Alger
L'usine passée par de multiples péripéties avant le début des travaux en 2012 à Oued Tlelat "est le fruit d'un partenariat gagnant-gagnant", a souligné M. Sellal, dans son allocution. Elle "traduit un partenariat algéro-français exemplaire et le triptyque action-ambition-amitié", a déclaré Laurent Fabius, pariant sur un "grand succès" de ce partenariat appelé, selon lui, à se renforcer, notamment dans les secteurs de l'industrie et du tourisme. "Il faut aller de l'avant et passer à d'autres étapes", a ajouté le Premier ministre algérien. Nouvelle Symbol, première voiture à être produite localement, "est un bel exemple du partenariat entre Renault et l'Algérie", septième marché mondial pour le constructeur  français et leader dans le pays, selon l'entourage d'Emmanuel Macron. Juste avant l'inauguration de l'usine, Renault a lancé une campagne publicitaire massive sous le slogan en arabe "dernaha Djazaïria (on l'a réalisée, elle est Algérienne). Elle «traduit un partenariat algéro-français exemplaire et le triptyque action-ambition-amitié», a déclaré Laurent Fabius, pariant sur un «grand succès» de ce partenariat appelé, selon lui, à se renforcer, notamment dans les secteurs de l'industrie et du tourisme. «Il faut aller de l'avant et passer à d'autres étapes», a ajouté le Premier ministre algérien. Nouvelle ‘’Renault Symbol’’, première voiture à être produite localement, «est un bel exemple du partenariat entre Renault et l'Algérie», septième marché mondial pour le constructeur français et leader dans le pays, selon l'entourage d'Emmanuel Macron.
L'Algérie, deuxième marché d'Afrique
Le marché algérien est le deuxième d'Afrique avec plus de 400.000 véhicules importés chaque année. Après avoir  connu un boom exceptionnel en 2012, avec plus de 600.000 véhicules importés pour 7 milliards de dollars, il a plongé depuis. La baisse devrait atteindre 20% cette année. Il y a eu 324.000 véhicules importés jusqu'a fin septembre pour 4,14 milliards de dollars, contre 439.000 pour la même période en 2013 pour 5,42 milliards de dollars. L'objectif de l'usine d'Oued Tlelat n'est pas le même que celui du site de Tanger, au Maroc voisin, qui a produit 100.000 véhicules en 2013 (des Dacia Lodgy, Dokker et Sandero) à 90% pour l'exportation.
Les marques françaises bien placées
Sur ce marché, les marques françaises sont historiquement bien placées. Renault en détient 25 %. Sur les neuf premiers mois 2014, il a vendu 68 000 véhicules, dont de nombreuses Symbol importées de Turquie, l’usine mère de ce modèle. En Algérie, seules les versions haut de gamme de la Symbol seront assemblées. Peugeot, le deuxième acteur du marché, a lui écoulé, depuis le début de l’année, 38 000 exemplaires. Avec un tel marché, une petite production domestique est viable. En marge de l’arrivée de Renault, le pays s’est doté d’une usine à Tiaret (nord-ouest) pour assembler des véhicules 4 x 4 siglés Mercedes et destinés à l’armée, tandis que le chinois FAW a signé un protocole d’accord il y a un an pour construire une usine d’assemblage d’une capacité de 10 000 unités par an. Pour accompagner ces investissements, Alger veut doter le pays d’un tissu de fournisseurs automobiles. Pour l’usine Renault, l’objectif est d’atteindre un niveau d’« intégration locale » des pièces assemblées dans la Symbol de 42 % à terme, contre 12 % à 17 % aujourd’hui.

 

Faiza Saadaoui
Lundi 10 Novembre 2014 - 16:54
Lu 1536 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+