REFLEXION

MALI : L’armée française craint le retour des islamistes

Face à des ennemis insaisissables, les troupes françaises souhaitent ne pas s'éterniser au Mali. Soldats et civils maliens sont moins pressés, craignant le retour des combattants islamistes.L'intervention française lancée le 11 janvier a déjà coûté à la France 70 millions d'euros (86 millions de francs), a annoncé jeudi le gouvernement.



MALI : L’armée française craint le retour des islamistes
Cette traque sans objectif clairement identifié complique la tâche de Paris. Le gouvernement français a annoncé mercredi vouloir entamer dès le mois prochain le retrait de ses 4000 soldats déployés au Mali et transférer la sécurité aux troupes maliennes et africaines, de préférence sous mandat de l'ONU.Engagée depuis le 18 janvier au Mali, l'armée française progresse vers le nord du Mali, reprenant aux Islamistes plusieurs villes qu'ils occupent depuis neuf mois. Sur le terrain ,le véhicule de quatre soldats maliens a sauté mercredi sur une mine alors qu'il roulait entre Douentza et Gao, a indiqué jeudi la gendarmerie malienne. Les faits se sont produits dans le nord du Mali, dans une zone récemment occupée par les groupes islamistes armés.L'un d'eux, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest a revendiqué jeudi la pose de mines ainsi que le recours à des «kamikazes». Il se flatte aussi d'attaques de convois militaires dans la région de Gao. Cette semaine, les renseignements français ont localisé un dépôt des rebelles au nord de Tombouctou. Les jihadistes y ont abandonné des tonnes de carburant et de nourriture, témoignage de l'organisation que ces combattants très mobiles ont eu le temps de mettre en place.

Coûteuses interventions
L'intervention française lancée le 11 janvier a déjà coûté à la France 70 millions d'euros (86 millions de francs), a annoncé jeudi le gouvernement. Les dépenses devraient progressivement décroître, avec une diminution du contingent français sur le terrain annoncée à compter de mars. L'acheminement en moins d'un mois des 4000 soldats français et de 10'000 tonnes de matériel sur le territoire malien a coûté à lui seul environ 50 millions d'euros (61 millions de francs). Le solde comprend le coût des munitions, du carburant, des primes versées aux militaires et les dépenses de fonctionnement, en nourriture ou communications.Si la reconquête des villes du Nord a valu au président François Hollande un accueil triomphal à Tombouctou et Bamako, la prochaine phase promet d'être plus complexe. L'idée de rester en première ligne n'enthousiasment guère les soldats français.«Bien sûr, nous devons les aider mais je crois que l'armée malienne a montré qu'elle était capable», avance avec diplomatie le sergent Jérémy. Comme tous les soldats français déployés au Mali, il n'est autorisé à donner que son prénom. Les soldats maliens censés patrouiller avec son unité ne se sont pourtant pas présentés. Si ce n'est pour une brève prise de contact au poste de contrôle. Explorations prudentes.Pendant ce temps, l'aviation française a bombardé les positions des islamistes et leurs pistes de ravitaillement dans le massif montagneux à la frontière avec l'Algérie. A Tombouctou, les troupes françaises ont vite fait de se perdre dans le labyrinthe de maisons en briques de terre séchée.«On ne connaît pas le terrain et on utilise des cartes qui ne sont parfois pas à jour», soupire le sergent Jérémy. Contrastant avec les troupes françaises lourdement équipées, les soldats maliens se déplacent en pick-up ou en moto.Mais cette démonstration de force n'a pas convaincu les habitants que la menace représentée par les jihadistes est définitivement écartée. «Nous voulons bien des Africains, mais les Français doivent rester», insiste KadjiatouMaïga, un vendeur.

Riad
Samedi 9 Février 2013 - 10:13
Lu 444 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+