REFLEXION

MALADIES NOSOCOMIALES :Une centaine de praticiens contaminés au CHU Oran

«Souvent, on ne sort pas tout à fait guéri après des séjours en hôpital vu que les maladies nosocomiales sont sources de contamination». Les praticiens constituent les premières victimes de toutes sortes de pathologies. C´est ce que nous a indiqué un médecin exerçant au CHU d´Oran.



MALADIES NOSOCOMIALES :Une centaine de praticiens contaminés au CHU Oran
En effet, les services spécialisés dans la prise en charge des employés de la santé, ont recensé près d’une centaine de praticiens qui ont contracté, par voie de contamination, différentes pathologies hautement dangereuses. Des médecins, infirmiers, laborantins et agents d´entretien ont été contaminés. «Ce ne sont pas des maladies si simples à prendre en charge dans un espace de temps réduit», ajoutant que «les thérapies prodiguées durent longtemps». Les deux secteurs, public et privé, sont touchés par des pathologies qui menacent, de jour comme de nuit, les employés du secteur sanitaire. Selon des sources proches des services épidémiologiques, «le personnel exerçant dans les maternités et autres structures de proximité, en majeure partie du sexe féminin, constitue la proie exposée aux contaminations. Les raisons sont multiples et variées parmi lesquelles les conditions d´exercice souvent lamentables et les pénuries de moyens antiseptiques et autres détergents» explique-t-on avant d´ajouter qu´«au vu de ces facteurs, certaines infrastructures sanitaires, de la capitale de l´Ouest, sont, pour ainsi dire, devenues des réservoirs où des virus hautement dangereux pullulent un peu partout dans plusieurs services». Des médecins et infirmiers sont contaminés au sein même des lieux d´exercice de leur profession. Les praticiens, eux, sont conscients qu´ils exercent des métiers présentant des risques de différents degrés comme toutes les autres professions. «Mais, c´est là où réside toute la problématique, on croit souvent que le médecin est immunisé», a déploré un autre médecin ajoutant que «cette conviction est complètement fausse, les praticiens constituent cette première tranche visée par les pathologies à la moindre négligence dans la manipulation des équipements médicaux et au contact permanent avec les malades». La vigilance est, dans tous les cas de figure, de mise et ce, en se désinfectant aussitôt la consultation finie. Autrement dit «il est plus que temps de se rendre à l´évidence que même le médecin traitant est, pour sa part, dans le besoin extrême d´une prise en charge vu qu´il n´est pas épargné, lui aussi, par les risques de contamination par des virus souvent mortels». La négligence dans l´usage des équipements médicaux se taille une part non moins importante dans les expositions du personnel du corps médical aux maladies souvent mortelles. La problématique est connue de tout le monde y compris par les responsables centraux de la santé. Au moment même où plusieurs centaines de patients et leurs familles attendent, désespérément, l´amélioration de la qualité des soins, une nouvelle donne vient chambouler tout le secteur. Ces maladies sévissent même dans les effectifs des blouses blanches.

Medjadji H
Mercredi 24 Octobre 2012 - 05:00
Lu 441 fois
Oran
               Partager Partager


1.Posté par Raouti le 24/10/2012 17:50
Et puisqu'il est question de praticiens,bin je dirais que beaucoup d'entre eux par leur comportement et par leur tenue très négligée; il n'est pas évident qu'ils ne soient pas eux memes des nids a bactéries et toute sorte de microbes.

2.Posté par jamal le 24/10/2012 20:36
Je vous informe qu'un société française installé a proposé ses services après avoir fait des essais au CHUO avec al présence de l'hygièniste et le Docteur M. responsable de l"hygiène ! les essais ont été plus que concluants ! mais le DMM n'a pas voulu de cette société ! allez messieurs de Reflexion lui demander POURQUOI ! y ' a t'il une raison ! lui il le sait très bien ! il veut manger mais il n'a pas pu ! donc il a préféré laisser le CHUO se transformer en nid à microbes et où les cafards sont partout partout surtout le soir ! une honte de lasser un tel responsable en place et personne ne l'a inquiété à ce jour et il continue toujours !
Reflexion une enquête s'impose !

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+