REFLEXION

MAISON DE LA CULTURE ‘’OULD ABDERRAHMANE KAKI’’ DE MOSTAGANEM : Youcef Tounsi présente son nouveau roman

Lors de sa 2ème visite à la wilaya de Mostaganem, le célèbre romancier Youcef Tounsi a saisi l’occasion pour présenter son nouveau roman en s’ouvrant également aux lecteurs, et aux bibliophiles. Cet événement s’est déroulé au niveau de la Maison de la Culture ‘’Ould Abderrahmane Kaki’’, où il a été introduit par une présentation d’une bibliographie de l’écrivain. Jeudi à 14H00 l’auteur a présenté son nouveau livre Impasse de la Régence d’Alger.



En effet, Youcef Tounsi, est né à Alger, «consultant et conseil en formation», et auteur d'une pièce de théâtre (Les Colliers de jasmin, 2001) et de romans (La Falaise des sept lumières,  2004, Les Chiens rouges, 2007, publiés sous le nom de Youcef Tahari et Impasse de la Régence, 2010, Les Noces du retour 2013, elle évoque des émotions d'une grande pureté psychologique pour être assez attachante et faire croire à l'authenticité de l'événement vécu par l'auteur , il vie actuellement en France. Prenant prétexte d'une fin de règne et du mutisme du dernier Dey Ottoman, alors que les armées coloniales s'apprêtent à envahir la Cité d'Alger, l'imprenable, ces récits font défiler les vies des humbles qui peuplent ces ruelles étroites et pentues qui font le charme de cette ville ouverte aux convoitises. Mélangeant les fragments d'une mémoire éparse et une imagination fertile, l'auteur nous entraîne derrière des dizaines de personnages communs à la découverte de la casbah menacée d'une nouvelle domination étrangère.  Lors de l’exposition, le romancier a résumé une partie de ces romans à l’image du célèbre «Les noces de retour », où il a été inspiré par de très significatifs profils de caractères évoluant dans la société actuelle entre le vivre ici et le vivre ailleurs, entre l'aller et le retour, entre ce qui est terre et ce qui est pied-à-terre. Comment donc être soi-même loin et dans son propre pays, tout en menant «une vie quotidienne  banale, c'est-à-dire de labeur, de souffrances, de peur, de nostalgie»? À sa façon, Youcef Tounsi l'écrit; il le juge, il le dit librement selon son choix dans un genre littéraire pourtant difficile qui requiert à la fois art et technique, brièveté et sobriété, des règles absolues pour circonscrire des consciences souvent face aux pires atrocités d'un destin contraire, le tout en un style fin exigeant une puissance d'expression singulière.  Quant à l'œuvre en question, « Face au silence des eaux », l’auteur a donné un résumé de l’histoire qui tourne autour de deux personnages, de sexe différent qui tentent vainement de se retrouver après s’être séparés, un texte dur et poignant, un exutoire “dérangeant”, face à notre condition humaine éphémère, où seuls l’amour et la vérité plaident en notre faveur. “Il marcha sans savoir où aller, s’en retourna d’un côté puis de l’autre. Pou rappel, le prix du roman proposé au public, et aux passionnés de la littérature, est de 600 dinars, alors ne ratez pas l’occasion de vous inspirer de cette magnifique histoire.

Gana Yacine
Vendredi 12 Juin 2015 - 17:42
Lu 249 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+