REFLEXION

M’DINA J’DIDA : Le grand quartier sera profondément relooké

Mdina Jdida, ce quartier mythique et important poumon commercial d’Oran, réapprend, enfin, à respirer. L’opération d’éradication des nombreux espaces qui étaient squattés par les commerçants illégaux l’a déjà débarrassé des plus importants squats, ce qui lui permettra un nouveau relookage qui est programmé. Ainsi, le marché informel de M’dina J’dida, réputé pour être un havre du commerce sauvage connaît, depuis plusieurs jours, une grande opération coup de poing pour déloger les 3000 vendeurs sauvages qui y activent.



Les opérations se déroulent en présence d’un dispositif sécuritaire impressionnant car, en face, les tenants de l’informel, pour la plupart des jeunes sans travail, résistent pour débarrasser les lieux. Cette opération d’éradication, annoncée il y a plusieurs mois, mais régulièrement ajournée pour éviter, justement, ces problèmes, a finalement, commencé dernièrement, en présence des autorités locales et des centaines d’éléments appartenant aux Unités républicaines de sécurité (URS) et à la brigade antiémeute commandée par le chef de sûreté de wilaya en personne. Les commerçants illégaux qui ont outrageusement squatté les trottoirs, les entrées d’immeubles, les places publiques et même, par certains endroits, la voie réservée à la circulation automobile, ont donné à ce quartier mythique un aspect de foire indescriptible. Les nombreuses places de M’dina J’dida ont transformé la vie des habitants de plusieurs quartiers alentours en de véritables foires d’empoigne où règne un désordre tel qu’il est devenu synonyme de calvaire pour les riverains. L’objectif premier de cette opération « hollywoodienne » est de libérer les trottoirs de toute forme de squat, en chassant les vendeurs à l’étalage et en démontant toutes les extensions illicites érigées par certains magasins. En dépit d’une tension qui a fait craindre le pire au début de l’opération, les choses se sont finalement très bien déroulées, sans qu’il y ait d’incidents notables. A l’issue du travail, la Tah’taha, le boulevard Zabana, le boulevard Mascara, les alentours de la cité Dar El Hayat… etc. ont totalement été débarrassés des vendeurs à la sauvette, ce qui a donné aux lieux une image jamais observée auparavant, permettant, de surcroît, au trafic automobile une fluidité particulièrement saluée par les passants. C’est toujours ça de gagné pour le cadre de vie même si une certaine tension persiste toujours. A noter qu’une autre opération est prévue pour les jours qui viennent. Elle vise le reste des commerçants à l’étalage qui activent à proximité et aux alentours du marché régulier. Ainsi, et selon les informations communiquées par la cellule de communication de la commune d’Oran, plus de 300 auvents et marquises ont été démantelés, rien que durant une journée. A l’issue de quoi, 160 tonnes de déblais ont dû être enlevées par les services de la commune qui ont utilisé pour cela, une quinzaine de camions et pelles chargeuses manipulés par une cinquantaine d’agents de service. 

Medjadji H
Mardi 27 Novembre 2012 - 00:00
Lu 186 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+