REFLEXION

M. BOUCHAREB ABDELAZIZ, CHEF DE DAÏRA DE SIDI LAKHDAR (W. MOSTAGANEM) A REFLEXION : "Bouteflika a donné sa jeunesse et sa maturité pour l’Algérie"

Cette semaine, M. Bouchareb Abdelaziz, chef de la daïra de Sidi Lakhdar nous a fait honneur en visitant les locaux de notre rédaction. D’une modestie exceptionnelle, cet homme incomparable a bien voulu répondre à nos questions relatives à l’actualité locale et nationale de ces derniers temps, très riches en évènements.



Réflexion : M. Bouchareb, veuillez décliner votre identité à nos lecteurs ?
Bouchareb Abdelaziz :
Tout d’abord, je dois remercier le quotidien «  Réflexion» pour les  efforts déployés afin d’informer le citoyen  et le tenir au courant des évènements qui marquent l’actualité de notre quotidien au niveau local, national et international. Je m’appelle Bouchareb Abdelaziz, je suis originaire d’Oum  El Bouaghi, et plus précisément  d’Ain  Kercha  et père de 9 ans, je suis âgé de 62 ans. Actuellement, j’assure la fonction de chef de daïra de Sidi Lakhdar. Comme vous devez le savoir la daïra de Sidi Lakhdar qui se trouve à l’Est de la wilaya comprend les communes de Sidi Lakhdar, celle de Hadjadj et Benabdelmalek Ramdane  et qui totalisent toutes les trois, une population de 70 000 habitants.
Votre parcours professionnel ?  
Sans me vanter, je tiens à vous signaler que tout au long de ma carrière,  je n’ai failli à aucun de mes devoirs  socio professionnels, et mon dossier ne comporte aucune sanction ni absence. J’ai commencé à travailler en 1975 en qualité de Chef de daïra, et depuis j’ai été muté dans les wilayas de Tissemsilt, de Batna, de Souk  Ahras, puis finalement je me suis retrouvé  à Mostaganem. Je m’adapte facilement à toutes les situations et je suis pour le  travail de proximité.
Votre avis sur la politique et sur les évènements qui marquent la politique Algérienne ces derniers temps ?
 Franchement, on ne se plaint pas  car depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, les choses ont changé radicalement et évolué positivement, car il faut reconnaitre que c’est un homme qui a beaucoup de qualités, qu’il est autoritaire, et qu’il est plein d’idées.  Vue de l’intérieur et de l’extérieur, l’image de l’Algérie a connu une nette amélioration que nul ne peut contester. » Tout au long de ses trois mandats, plusieurs projets ont été réalisés, tels que les universités, les autoroutes, la construction des logements, les centres de formation… etc.
Au niveau de votre daïra, comment se déroule l’opération logement ?  
Concernant les logements, il faut reconnaitre  que l’Algérie a trop donné. Au niveau de la daïra de Sidi Lakhdar , à l’instar des autres communes nous rencontrons les mêmes problèmes, figurez vous que tout le monde veut un logement , à l’exemple de cette famille composée de 10 membres qui espèrent tous  occuper chacun un logement, sans pour autant se rendre compte des difficultés que rencontrent les services concernés en matière de distribution de logement dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire, et cette autre femme âgée de 94 ans qui est venue nous voir pour habiter seule au lieu d’être prise en charge par son fils qui  a bénéficié d’un logement.  Ces dernières  années différents types de projets de  logements  ont été lancés, dont le social, le Fonal, le promotionnel, l’AADL…etc. Je pense que c’est suffisant, il suffit de s’organiser.
La daïra de Sidi Lakhdar  enregistre-t-elle un grand taux de chômage ?
 Pour le chômage, ce problème incombe en premier  lieu au citoyen lui-même qui refuse de travailler dans le bâtiment et  l’agriculture, deux secteurs qui manquent de main d’œuvre  et que les demandeurs d’emplois boudent, car tout le monde sait que la daïra de Sidi Lakhdar est une zone à vocation touristique et agricole. Il y’a du travail manuel, mais hélas les gens ne veulent pas travailler.  
Quel est l’avenir de l’entreprise ‘’EPIC’’ carrière  de l’Ouest  qui  réalisait un rendement de 4 à 5 milliards par an, à un certain moment et qui fournissait du sable dont le taux atteignait parfois 50 % de sa réserve ?
Actuellement elle est opérationnelle et elle fonctionne d’une manière normale, à part qu’en ces derniers temps, le sable extrait est de très mauvaise qualité, et ne peut être utilisé pour la construction ou autres, en raison du dessablage du port que vous avez pu constater lors de la visite de M. le  wali à la carrière de Sidi Lakhdar. Quand on parle de Sidi Lakhdar, on pense à la station balnéaire dont la plage est l’une des meilleures d’Algérie où les estivants affluent de toutes parts, à l’exemple de l’année dernière où la région a reçu 2.500.000 vacanciers. En conclusion, cette région, est promue pour un avenir d’investissement, et c’est pour cela qu’il faut construire des hôtels, des centres de restaurations etc…  
Votre conclusion ?
Espérons que l’Algérie continuera  à évoluer dans le bon sens et je souhaite sincèrement un très bon rétablissement au président Bouteflika. Je termine en signalant que tout est  fin prêt  pour les élections présidentielles d’Avril, et je lance un appel aux citoyens d’aller voter en masse le 17 avril et de faire le bon choix et sélectionner  le candidat qui souhaite le bonheur à l’Algérie et aux algériens.

Interview réalisée par B. Adda
Lundi 24 Mars 2014 - 18:17
Lu 1458 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+