REFLEXION

M. BOUCHARAB ABDELAZIZ, CHEF DE DAÏRA DE SIDI-LAKHDAR A REFLEXION : Zone touristique aux grandes potentialités

Située sur la RN 11, à quelques 50 km à l’est de Mostaganem, la commune de Sidi- Lakhdar, chef-lieu de daïra, a enregistré ces derniers temps l’essor méritoire de son développement local, grâce à la concrétisation du programme d’action et cela depuis l’installation de M. Boucharab Abdelaziz à la tête de cette importante daïra. Ce responsable se félicite de la tournure satisfaisante du développement de la région.



M. BOUCHARAB ABDELAZIZ, CHEF DE DAÏRA DE SIDI-LAKHDAR A REFLEXION : Zone touristique aux grandes potentialités
Le même responsable l attribue le développement que cannait cette collectivité, à une grande partie au wali, M. Ouaddah Houcine, qui a apporté sa contribution dans le cadre de ses prérogatives devant la carence et la passivité des élus responsables et devenu un véritable chef de chantier pour superviser tous les projets en cours de réalisation relatifs à plusieurs secteurs.

L’aménagement urbain et cadre de vie rural
La commune vient de bénéficier d’une enveloppe de plus de 11 milliards de centimes dans le cadre du fonds commun des collectivités locales pour la concrétisation de plusieurs projets visant à éradiquer plusieurs points noirs au niveau de certains quartiers de la ville. La première opération lancée, il y a quelques semaines, concerne le revêtement total en tapis bitumeux de plus de 20 km répartis à travers le tissu urbain de la ville. L’opération est prise en charge par deux entreprises privées. Nos sources citent que plusieurs ruelles sont dégradées et nécessitent une réelle réhabilitation. L’autre opération, la seconde, déjà lancée, s’inscrit dans le cadre sectoriel et vise essentiellement la R11 sur une distance d’un (1) kilomètre à partir de la sortie ouest du village. Une enveloppe de près de 6 milliards a été destinée à ces travaux. D’autres projets ont également été réalisés dans le cadre du PCD pour une enveloppe de plus de 10 milliards de centimes concernant la réfection et l’extension du réseau d’assainissement de la ville. S’agissant de la zone rurale de Ouled Si Larbi, relevant de sa compétence, le chef de daïra affirme qu’une enveloppe de 2,5 milliards de centimes à été injectée pour le bitumage de la route, d’une longueur de plus de 8 km, menant à ce douar. Une autre enveloppe de près de 3 milliards sera consacrée à l’AEP. Dans ce conteste les douars de Oulad Khelifa et Ouled Si Larbi n’auront plus soif. Les projets vont être lancés très prochainement et l’avis d’appel d’office à été publié, souligne notre interlocuteur. En matière de travaux publics deux importantes opérations d’œuvre d’art sur la RN 11 à quelques km de la ville seront concrétisées pour un montant total dépassant les neuf (9) milliards de centimes. Il s’agit d’une route dont l’impact économique, du point de vue de la promotion touristique particulièrement, a prévalu dans le choix du département des travaux publics. Cette voie (RN11) devra assurer une meilleure fluidité de la circulation automobiliste et de transport de gros tonnage.

Le tourisme et ses avantages
Sidi Lakhdar est connue par ses deux plages à savoir petit –port et Aïn Brahim où près de 3 millions d’estivants y affluent chaque année. Ses sites impressionnants font l’objet d’une opération de réhabilitation, grâce à une opportune contribution financière estimée à plusieurs dizaines de millions de centimes pour accomplir puiseurs actions comme l’embellissement des sites, le nettoyage, l’ouverture des routes et l’aménagement des parcs automobiles, en plus du renforcement de l’éclairage public. Ce secteur est une ressource pour la commune.

Le réseau du gaz naturel
La bonbonne de gaz butane ne sera plus qu’un amer souvenir à Sidi Laakhdar. Quelques 2500 foyers ont été accordés au gaz naturel. Le projet qui s’étend sur une longueur de 29 km a nécessité une enveloppe financière de 262 millions de dinars. Les travaux ont été achevés restent seulement l’essai et la réception du projet.

Emploi et logement social et rural
Dans le cadre de l’emploi, 90 locaux à usage professionnel ont été finalisés dont plus de 80% sont opérationnels. En ce qui concerne le domaine de l’habitat et dans la double optique de résorber le déficit et répondre aux nouveaux besoins exprimés, la commune vient de bénéficier d’un nouveau parc mobilier. A cet effet, un quota de 100 unités de LSP et 500 autres logements sociaux ont été attribués à la commune. Pour le volet de l’aide à l’habitat rural, un quota de 750 unités sera mis à la disposition des personnes dans le besoin. Ce qui représente un apport plus que significatif afin de sédentariser les populations des zones éparses de cette grande commune, la deuxième au niveau de la wilaya, après elle de Mostaganem.

Lutte contre
l’exode rural
Le chef de daïra, M. Boucharab Abdelaziz, souligne que la quasi-totalité des douars vont bénéficier du PDAR. Une opération qui permettra de doter les habitants de toutes les commodités. Dans cette optique plusieurs opérations ont été lancées entrant dans le cadre du PCD relatives aux aires de jeux, l’AEP, l’aménagement des routes et ouverture des pistes en plus des antennes. Ce qui va permettre de fixer cette population rurale, ajoute –t-il.

Les perspectives d’avenir
Ceci étant, d’autres projets de grande envergure seront proposés à l’avenir dont on peut citer, une auberge de jeunes pour soustraire les jeunes aux maux sociaux, l’extension du réseau de gaz naturel. Un troisième lycée, dont la population a grandement besoin, surtout lorsqu’on sait que cette commune est fort de 48 douars. D’autres antennes d’état civil vont être installées au niveau des grands douars pour diminuer l’afflux sur le chef-lieu de la commune Sidi Lakhdar qui connait une nouvelle dynamique en matière de développement à la faveur d’un riche programme mis a profit de cette région mise trop longtemps en veilleuse et cela, grâce à la bonne volonté de M. le wali et le chef de daïra : « toutes les actions à entreprendre devraient être planifiées et réfléchies au niveau des élus, des professionnels, de la société civile, en plus du travail de proximité afin de placer une confiance entre l’administration et d’administré ». D’ailleurs, dira le chef daïra, ce sont les recommandations même du chef de l’exécutif de la wilaya », conclut-il.

H.H
Lundi 9 Mai 2011 - 12:43
Lu 1366 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+