REFLEXION

Ligue arabe ou égyptienne ?



Ligue arabe ou égyptienne ?
Beaucoup d’interrogations se posent avec acuité aujourd’hui en ce qui concerne le poids politico-économique de la ligue arabe, son organisation, son mode de fonctionnement, son importance sur l’échiquier mondial voire régional. Certes la réunion des chefs d’Etats arabes qui s’est ouverte hier à Syrte (Libye), n’a pas de conséquences directes sur les questions qui tournent autour du rôle de la ligue et de son fonctionnement, mais cela mérite au moins que l’on étale les vrais problèmes dans l’espoir de leur trouver de véritables solutions. La visite du ministre des affaires étrangères Saoudiens à Alger le mois dernier n’avait pour but que de dissuader les autorités algériennes de ne pas poser le problème de l’alternance au sein de la ligue du moins pour cette fois-ci, car la conjoncture ne s’y prêtait pas et qu’il fallait temporiser. Pour les Saoudiens, il y a d’autres chats à fouetter avant de passer à l’épineux problème de la ligue arabe. Dans ce contexte, il y a lieu de noter que d’autres pays aussi, sont favorables à l’idée de reconsidérer le mode de fonctionnement de la ligue arabe, à l’image de la Syrie et du Qatar. Pour l’instant, les autorités algériennes ont acquiescé, accédant ainsi à la demande des Saoudiens. De l’avis de tous les observateurs, la ligue arabe est une institution à caractère bureaucratique et aux structures dépassées qui reste à la disposition de l’Etat Egyptien du fait que son siège est au Caire, que sur les six secrétaires généraux qu’a connus la ligue arabe, cinq sont égyptiens. Elle est considérée comme une simple annexe du ministère des affaires étrangères égyptien. Il n’ya pas longtemps, le pouvoir égyptien relayé par ses médias, n’a pas hésiter d’accuser l’Algérie d’avoir entamé un travail de sape dans les coulisses dans le seul but de mettre hors course l’immuable secrétaire général de la ligue arabe Amr Moussa. Pourquoi cette campagne, sachant que la majorité des pays arabes n’en veulent plus de ce statu-quo, ils veulent du changement et de la transparence dans la gestion de cette institutions et pour ce, ils préconisent l’alternance du secrétariat général devenu une chasse gardée de l’Egypte. Il ne s’agit pas d’une ligue égyptienne mais arabe, tous les pays membres ont droit à assumer, durant un mandat limité, le poste de secrétaire général. L’Egypte accuse l’Algérie encore une fois, de manipuler d’autres pays arabes tels la Syrie et le Qatar, lesquels auraient incité, à leur tour le Guide libyen Maâmar Gueddafi à inscrire ce point à l’ordre du jour de cette réunion. Mais tôt ou tard, les choses se clarifieront et l’Egypte n’aura récolté que ce qu’elle a semé comme par le passé. Tout ce tapage médiatique contre l’Algérie, n’a pour but que de préparer le terrain dès maintenant afin d’assurer un nouveau mandat à Amr Moussa qui, en affirmant de ne pas avoir d’ambition présidentielle dans son pays, laisse ainsi la porte ouverte à Gamal Moubarak, fils du dictateur en fin de règne. De Moubarak sénior à Moubarak junior, ce dernier sera président jusqu’en 2060. Qui l’en empêchera.

Amara Mohamed
Dimanche 28 Mars 2010 - 11:23
Lu 568 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+