REFLEXION

Lettre ouverte à messieurs les ministres de l’environnement et des anciens moudjahidines



M.BENALLAL MOHAMED, Fils de Chahid - Plage du puits –Benisaf
    J’ai  l’insigne honneur et plaisir de soumettre à l’attention  de qui de droit( Ministre des Anciens Moudjahidines et Ministre de l’Environnement)  et plus particulièrement aux vrais « Novembristes » cette « lettre ouverte », par le biais de votre aimable  « Quotidien  » quelques ruminements d’ordre social, historique et symbolique à fortes valeurs républicaines  que je me  permets d’inscrire intérieurement dans l’ordre des choses prescrites réglementairement pour mettre de l’ordre , s’il y a vraiment  prééminence hiérarchique dans la structure étatique. Une circonstance navrante et bien regrettable, elle porte sur le statut d’honneur de la glorieuse histoire de la ville de Benisaf  qui est indissociable de l’Histoire d’Algérie.
    Je suis  un fils de Chahid  mais avant tout un simple citoyen qui fait preuve  à chaque instant, dans chaque endroit et dans n’importe quel contexte de ma citoyenneté  dans le cadre républicain .A celui qui n’a rien sinon son quartier, sa ville, sa région, son pays ou le respect des symboles reste une valeur intrinsèque.
    Benisaf avait un joli fabuleux et beau  jardin public, aujourd’hui ,baptisé la  « Place des Martyrs »,ou sont érigées  au milieu du jardin un cénotaphe dans lequel sont gravés les noms des martyrs immortels de la région de Benisaf jointant d’un verset du Saint Coran  et grande gravure de l’Emir A.E.K en briques de verre, l’ensemble de ces monuments symboliques de notre  histoire sont codés dans les dispositions de la loi 07-99 du 05 avril 1999 relative au Moudjahid et au Chahid. La particularité de ses symboles historiques au milieu de ce piteux jardin, se distingue par une décomposition, une déperdition, une détérioration, une déprédation, un délabrement  contraire aux dispositions des articles 2-12-52-55-56 et 66 de la loi sus-citée ci-dessus.
    Le jardin public est en lui-même délaissé volontairement par les premiers responsables de la ville  au vu et au su de tout le monde, malgré qu’il a consommé deux enveloppes financières consistantes  ( Autofinancement communal et PSD) une troisième enveloppe en PCD est en cours mais ne changera en rien sinon un transfert  de fond  vers ceux qui font du travail médiocre pour des irresponsables . J’insiste   trop fort encore que notre jardin contenant  les symboles  solidifiés dans les lois ( 03-83 du 05/02/83- loi 07-06 du 13/05/2007)et règlements(( circulaire EV1 du 07/10/2007 relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts), se trouve délaissé et abandonné par des responsables inconscients, menteurs et comateux que la loi devrait en principe les châtier fortement et durement.  
    Ce jardin est devenu un lieu pour les marchands ambulants et de l’informel ou tout se vend, il est fréquenté par des acheteurs venant pour la satisfaction d’un besoin matériel , biens issus de chine et dont la qualité défie notre monnaie qui n’a jamais su contenir une valeur .
    Les saletés ,les ordures les immondices, les bouteilles des boissons alcoolisées, les bouteilles en plastique des excréments ,des odeurs d’urines, la casse…  c’est le tableau que l’on puisse présenter pour ne plus parler de jardin public encore moins de « place des martyrs » sinon de dépotoir ou vidoir public ou ni le maire, ni le chef de Daïra, ni un quelconque responsable, ni le  citoyen s’il existe, ni le citadin qui se prétend ,ni l’étudiant, ni les jeunes, ni l’ intellect ,ni le simple bonhomme ayant un cœur bon ou mauvais pour dire haut et très fort basta !basta !.
    Les honneurs purs ne peuvent être achetés qu’au prix du mérite et de la considération en négation de la plupart des gens qui préfèrent glisser leur peau sous le draps  blanc plutôt que de la risquer sous le drapeau , l’homme de bien vénère la justice, la probité ,l’héroïsme, l’honneur ,l’honnêteté, la morale et le mérite et porte en lui le sens du respect, de la loi et des vertus, l’homme de mal ne pense et ne fait que du mauvais.
    Je ne veux blesser aucune conscience mais je préfère quand même allumer le flambeau du patriotisme  pour que la lumière , la vérité, la justice, le travail  habillent et cadrent le domestique ( jardin –place des symboles-ordre-droit et ….) , chasse le sauvage et le non droit ( marché au milieu du jardin -l’informel-..), ornent le jardin  par les fleurs et détruit  les mauvaises herbes, nourrit  la morale et élimine  la stupidité , respecte le bien et maudit  le mal , vénère la beauté du site et déteste  la laideur de la saleté ,la vulgarité et la médiocrité pour mieux régner par un nouveau type de  comportement  qui sert la  reconnaissance et la gratitude de ceux qui ont défendu leur patrie en offrant leur vie comme mérite.
    Ce n’est qu’un écho local poussé par un mortel vers le haut de la pyramide décisionnelle car les responsables de la ville de Benisaf sont complices de cet état de fait, ils ont dévalorisé, déshonoré, discrédité  et déconsidéré  tout un symbole Algérien. Ce constat devient un NO COMMENT ! Une punition générale de cet état de fait catastrophique  pourrait remettre les pendules à l’heure des normes républicaines.


Réflexion
Lundi 2 Septembre 2013 - 11:16
Lu 192 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+