REFLEXION

Lettre du Dr. A. Mebtoul au président de la République

"RESTITUER LE SIGLE HISTORIQUE DU FLN AUX ALGERIENS"



Lettre du Dr. A. Mebtoul au président de la République
Permettez-moi de vous adresser cette présente correspondance, suite  à cette réunion qui ne fait pas  honneur à l’Algérie  du parti du FLN les 15/16 juin 2012 et qui malheureusement constitue la majorité de la composante gouvernementale actuelle. Nous devons, en tant qu’Algériens veiller jalousement  à notre histoire combien riche et millénaire,  et  avoir  en vue  uniquement les intérêts supérieurs  de l’Algérie  dont, en tant que Chef de l’Etat,  vous en êtes  l’incarnation. On ne peut ne pas être  d’accord avec un  homme, mais un  président de la République, comme dans tout pays respectueux de l’Etat de droit,  représente le symbole de l’Etat  et à ce titre il doit être  respecté. Permettez-moi, en tant que fils d’un des plus grand militant de la guerre de libération nationale, de faire quelques observations et propositions.
 
 1.- Premièrement, la réunion du parti du FLN  a offert un spectacle anarchique  et désolant,  la majorité de la population algérienne et les observateurs  internationaux, ayant assisté à un film du Faar Weest. Fait grave, à la veille de la célébration du cinquantenaire  de l’indépendance politique de l’Algérie  l’hymne national  hué par des militants de ce parti FLN. Peut-on dès lors donner des leçons à la France ? Ce spectacle aura montré les luttes de pouvoir en vue des futures élections présidentielles d’avril 2014. Deuxièmement, le Parti FLN vient de remporter, à une large  majorité, les élections  législatives en sièges, mais en réalité n’ayant eu  que 6,11% de voix  par rapport aux inscrits. Cette assemblée non représentative, abstention plus bulletins nuls, plus non inscrits, plus partis ayant participés sans sièges, représentant  75/80% de la population adulte, ne peut en aucune manière, quitte à nuire à l’image  internationale de l’Algérie,  engager l’avenir  de tout un pays et donc   réviser la  Constitution.  Troisièmement, après  50 ans d’indépendance politique,  comment peut on encore tolérer, l’instrumentalisation   de la part  d’une minorité à des fins politiques , d’un parti, le sigle historique FLN, propriété de tout  le peuple algérien, étant assimilable à l’utilisation de la  religion à des fins politiques. Quel que soit le résultat final   de ce match ridicule,  deux camps adverses, dont je ne fais aucune différence,  utilisant les mêmes  méthodes, l’objectif étant de   se partager la rente  sur le dos d’un sigle historique.

 2.- Aussi, Monsieur le président de la République, en ce monde impitoyable où toute Nation qui n’avance pas  recule , la rente  des  hydrocarbures étant éphémère, avec épuisement dans entre 20/25 ans à moins d’un miracle  au moment où la population algérienne atteindra 50 millions d’habitants,  avec les profonds bouleversements géostratégiques qui s’annoncent  entre 2015/2020 notamment au niveau de notre  région,  ne serait-il pas  souhaitable qu’un large débat national  productif   soit initié pour définir la  future trajectoire politique, sociale et économique de l’Algérie ? L’important, pour éviter toute dérive  comme l’attestent les tensions sociales de plus en plus vives,  est une mobilisation du front intérieur. Car existent un décalage important  entre les résultats mitigés  et les potentialités immenses afin surmonter l’ensemble des difficultés pour peu que la morale l’emporte sur les intérêts étroits, conditionnée par une véritable démocratisation tenant  compte de notre anthropologie culturelle et que  la  réforme globale soit menée d’une manière maitrisée  avec pragmatisme.  Monsieur le président de la République, vous êtres président d‘honneur du parti FLN.  Pour éviter ces querelles byzantines qui ternissent l’image  de l’Algérie, surtout à la veille  de la célébration  du 50ème année de l’indépendance politique,  il devient impérieux  que soit  restitué  ce sigle glorieux FLN   de la guerre  de libération nationale à tous les Algériens,  dont ils doivent être fiers.  Avec ma très haute considération et mon  respect.
 
Professeur des Universités, expert international  en management stratégique Dr Abderrahmane MEBTOUL fils du feu Moudjahid Ali

Dr. Abderrahmane MEBTOUL
Samedi 16 Juin 2012 - 20:53
Lu 823 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 19/06/2012 02:11
Entièrement d'accord avec vous, M. Mebtoul, et vous n'êtes pas le premier à le dire mais vous oubliez l' UGTA !

2.Posté par morsli benammar le 07/07/2012 20:51
j'adhere totalement à cette analyse de mon ami aberrahmane....mais j'ai l'impression que "le bateau algerie" prend eau de toutes parts;et qu'il serait temps de se dépoussierer...histoire de faire le point entre experts sur le sort de notre pays...loin des luttes mesquines et des "égo" démagogues qui ne riment à rien(la rente pétroliere tjrs vache à lait!!!)....il faut à tout prix s'amarrer à l'actualité économique mondiale et sortir du "sommeil archaique" !!! merci à tous
( dr m.ben. fils du moudjahid larbi ben.)

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+