REFLEXION

Les zyeuteurs



Mesra – ouest algérien. Il est dit que là se tient l’un  des plus grands souks d’Algérie. Il est dit aussi que tout se vend et s’achète, excepté l’être humain. Le temps a fait que les services occupent une bonne part du marché. Des jeunes sont prêts à assurer la garde de  votre voiture sur le trottoir ou à vous recharger la batterie de votre téléphone mobile. Des milliers de véhicules sont prêts à changer de mains. Djellabas, fruits, légumes, pièces de rechange d’occasion pour tout ce qui tient de la mécanique, quincaillerie, viandes, boiserie, plants, friperie… Tout y est. Des dizaines de milliers d’êtres déambulent. L’attraction reste le café ambulant sous le guitoune de fortune où s’agglutinent les bonnes gens chez qui le turban est de rigueur. Les voix rauques des  herboristes et les marchands de poisons en tous genres fendent l’air à coups de décibels. « Contre les ballonnements, les hémorroïdes, brûlures et crampes d’estomac, les maux d’intestins, la constipation, la diarrhée… un seul remède. Cette potion. »  Et l’autre : « Mouches, rats, souris, cafards, fourmis, mildiou, moustiques… Rien ne passe ! » Un homme assis à même le sol sur une natte ne manque pas de clientèle. Une longue chaine lui fait face. Chez lui, vous n’aurez plus à demander qu’une poutre ou une barre à mine crève l’œil de votre voisin envieux. Plus besoin de mettre un pneu sur votre toit, un fer à cheval ou une main de Fatma sur votre porte. Sy Bouklam est là et rien que pour vous. Une amulette et le tour est joué. Ce qui étonna Bilal, un jeune homme nouvellement bachelier et qui se plait à admirer de tels comportements rétrogrades, c’est la masse d’argent qu’accumula en quelques heures l’enchanteur. Bilal venait juste de s’inscrire en faculté de sciences juridiques et une question lui taraude l’esprit depuis la rencontre fortuite avec le désenvoûteur de Mesra : Un   professeur d’université touchera-t-il un jour tant d’argent qu’un charlatan ou un marchand d’œufs ?  Que nenni ! Il en est ainsi dans  un pays où l’échelle des valeurs a pris la poudre d’escampette.

Réflexion
Mardi 7 Août 2012 - 23:57
Lu 366 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+