REFLEXION

Les visées de M6

Le roi du Maroc Mohamed VI vient de lancer un vaste chantier sous l’appellation « Régionalisation avancée » du royaume. Ce projet est supposé être un modèle de gouvernance territoriale.



Le projet en lui-même est très ambitieux, « tournant majeur dans les modes de gouvernance territoriale, c’est un moment fort et solennel », selon son initiateur. Cependant, ce projet n’est pas pour autant innocent, du fait qu’il devrait inclure les territoires du Sahara occidental, occupés depuis 1975, d’autant plus que le projet donne la priorité et le privilège à ces territoires d’en être les premiers bénéficiaires. Pour ce faire, le roi a déjà procédé à l’installation de la commission consultative de régionalisation, elle sera dirigée par l’ancien ministre de la justice et actuel ambassadeur du Maroc en Espagne, la commission devait déposer ses conclusions avant fin juin 2010. Le choix du président de la commission a été décidé selon certains observateurs, après plusieurs concertations et moult réflexion, le choix en la personne de l’ambassadeur du Maroc en Espagne n’est pas fortuit. Il est tenu de se soumettre aux orientations et recommandations du roi et appliquer à la lettre les instructions relatives au dossier et de lui permettre d’utiliser son influence auprès de l’Espagne pour qu’elle apporte son concours dans l’élaboration de ce projet et sa bénédiction quant à sa concrétisation. La régionalisation élargie escomptée n’est pas un simple aménagement technique ou administratif, plutôt politique aux visées expansionnistes. Devant la non adhésion de la communauté internationale aux propositions marocaines relatives à l’autonomie du Sahara occidental sous la souveraineté marocaine et devant le rejet sans conditions de ce projet par les sahraouis représentés par le Polisario, le roi essaie de trouver d’autres alternatives pour sortir de l’impasse d’où ce projet de régionalisation qui devra englober les territoires occupés. Le roi ne s’en cache pas d’ailleurs, les règles du jeu sont claires et les desseins on ne peut plus clairs aussi, il a insisté sur le fait qu’il entendait
« entre autres objectifs majeurs, placer les provinces du sud récupérées (Sahara occidental) parmi les premiers bénéficiaires de la régionalisation avancée et se place en défenseur contre tous les adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume qui s’évertuent selon lui, à entraver le processus onusien. Son projet d’autonomie a été rejeté par la communauté internationale et la France et les Etats-Unis qui le soutiennent, à eux seuls, ne peuvent se substituer à l’ONU, alors de quel processus fait-il allusion ? Sir… Le Sahara occidental n’appartient pas au Maroc, il appartient à son peuple, seul à pouvoir décider de son autodétermination. Sachez que ni les Etats-Unis, encore moins la France de Sarkozy ne pourront y changer les choses.

Amara Mohamed
Mardi 5 Janvier 2010 - 11:34
Lu 388 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+