REFLEXION

Les vacances des uns et des autres



C’est l’été, la saison faste pour la détente aux gens d’ailleurs, celles qui réfléchissent à l’avenir et qui savent le construire de pièce en pièce. Des gens qui peuvent prétendre aux plaisirs de la mer et des bienfaits de la fôret ou de la montagne parce qu’elles le méritent de tout droit après une année de labeur acharné et honnête pour le bien de toute la société. Chez nous, le travail a tout un autre sens et ressemble étrangement au vol, il reste une assez difficile à accomplir pour beaucoup, l’été parait être présent du 1er Janvier au 31 Décembre, chaque jour demeure un jour de vacances et rares sont ceux qui bossent honnêtement. Il y a ceux qui sont en vacances depuis le premier été de l’indépendance pour des raisons de mérite national et au nom de la Revolution, d’autres le sont encore par descendance, ils profitent par héritage et depuis la naissance, de vacances payées au frais du trésor public …. Certains autres sont en longue détente pour le port de noms qui ressemblent aux lois indiscutables qui piétinent presque toutes les lois de la République… Quelques uns semblent n’être point de ces deux catégories, ils se donnent rendez-vous ailleurs, sur des plages aux sables fins ou aux bords de piscines odorantes, oui, Monsieur, des étendues d’eaux, colorées selon les humeurs de la saison, des eaux qui sentent la lavande à des centaines de mètres ; ces gens là fêtent en permanence la multiplication des fortunes en scandant en chœur « One, two, three milliards de dollars et vivra le pétrole… ». Quant au reste, il y a ceux qui seront en congé, a faire le maçon pour refaire le portail qui claque depuis des mois et menace de s’effondre un de ces jours ,ou le doubleur en taxi qui grillent ces jours de congé en kilomètres a parcourir d’une ville à l’aitre pour joindre les deux bouts que son maigre salaire mensuel ne parvient plus a fusionner ou carrément le manœuvre a tout faire pour économiser quelques centaines d’autres dinars pour un Ramadhan qui s’annonce si chaud en prix et en températures ,il y encore les moins chanceux qui seront forcés a une hibernation estivale, coincés entre des feuilletons insipides sur l’unique, des siestes d’office à cause des fréquentes opérations de délestage de la Sonelgaz ,en attendant le mois sacré qui cherche a fixer sa date au sein d’un calendrier qui avale ses jours à une drôle de vitesse, il y ceux qui sont chanceux et parviennent a avoir des places sous des parasols au bord des rivages où s’agglutinent d’autres personnes telles des abeilles, qui bronzent avec de la pseudo huile d’olive à bas prix, et puis il ya beaucoup d’autres qui n’iront nulle part et se contenteront de regarder les autres partir en vacances ,chacun selon ses moyens, mais surtout son statut au sein du bled de l’impossible qui se réalise souvent à la croisée des rencontres et de la « maarifa ».

L.Ammar
Mardi 29 Juin 2010 - 11:15
Lu 556 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+